Fermer la publicité

Zénith : Zen Gestion propose de s'associer à Vega

Loire le 08 mars 2015 - Denis Meynard - Collectivités locales - article lu 557 fois

Zénith : Zen Gestion propose de s'associer à Vega

Face à Lagardère, Zen Gestion s'associe au leader français du secteur pour tenter d'obtenir la DSP du Zénith de Saint-Etienne sur les six prochaines années.

La première délégation de service public octroyée en 2008 par Saint-Etienne Métropole pour l’exploitation du Zénith de Saint-Etienne touche à sa fin. Deux candidatures ont été déposées à la limite de dépôt des offres. L’une d’elle émane de l’actuel exploitant, la société Zen Gestion, dirigée par Sylvie Liogier et détenue par Jean-Claude Camus, Isabelle Camus, Jean-Pierre Pommier et Dinh Thien Ngo. Mais pour tenter d’obtenir cette DSP sur les six prochaines années, la société qui ne gère qu’un seul équipement événementiel dans l’Hexagone, s’est associée au numéro un du secteur : la société Vega France, détenue par Fimalac, le fonds d’investissement de Marc Ladreit de Lacharrière. Vega, qui exploite quelque 25 salles est propriétaire de quatre Zénith.

Le groupe GL Events, basé à Lyon, qui gère notamment le Scarabée à Roanne et le Zénith d’Auvergne, près de Clermont-Ferrand, a une nouvelle fois choisi de ne pas concourir. Face au duo, Zen Gestion – Vega France, dont les modalités précises du partenariat restent à définir le groupe Lagardère propose sa candidature. Faisant figure de nouveau venu dans cet univers, il a remporté au printemps 2014, avec sa filiale Lagardère Unlimited Live Entertainment (Lule), l'exploitation du Casino de Paris.
La réponse de la communauté d’agglomération stéphanoise, présidée par Gaël Perdriau, est attendue pour le début de l’été, en vue d’un démarrage de la nouvelle délégation au 1er octobre. L’exploitant actuel, qui compte six salariés, enregistre une fréquentation moyenne qui oscille entre 110 000 et 120 000 spectateurs. Avec des hauts, telles que la dernière saison, avec plus de 130 000  personnes, et des bas : la saison 2011-2012, où le nombre de spectateurs est passé sous la barre des 100 000. A noter qu’il est parvenu à ne pas faire jouer la clause du contrat permettant de solliciter la collectivité pour une subvention d’équilibre, au cours des sept années écoulées.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide