Fermer la publicité

Réfugiés (chrétiens) de Syrie : Yves Nicolin s'explique... et maintient ses propos

Loire le 08 septembre 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 499 fois

Réfugiés (chrétiens) de Syrie : Yves Nicolin s'explique... et maintient ses propos
Louis Pralus - Y. Nicolin : « Ne pas accueillir les yeux fermés ! »

Le député-maire de Roanne a pris une position très personnelle dans sa démarche d'accueil des réfugiés. Il est tout prêt à en recevoir à Roanne mais à condition qu'ils soient chrétiens. Explications.

Après la reprise de ses propos par la presse nationale, Yves Nicolin a voulu s'expliquer en réunissant la presse locale. Il affirme qu'il n'est pas dépourvu de coeur et qu'il a montré dan sa vie qu'il était généreux en fondant par exemple une association d'aide à Haïti. Il rappelle qu'il a lui-même adopté trois enfants et a présidé une association pour l'adoption. Mais il ne veut pas « être naïf » et pour lui « on ne peut pas accueillir avec générosité en fermant les yeux ». L'Europe connaît une vague d'immigration de Syrie et d'Irak principalement et les demandeurs d'asile sont poursuivis par Daesh qui s'en prend aux minorités chrétiennes et autres, y compris les musulmans qui ne sont pas de bons musulmans selon eux.

Pour le maire de Roanne il y a un danger réel que des islamistes s'infiltrent parmi les réfugiés et viennent commettre des attentats en France, notre pays étant visé spécialement par Daesh. « Qui dit qu'il n'y a pas de salafistes à Roanne ? Je ne veux pas me trouver avec un attentat à Roanne :  vous avez vu ce qui s'est passé en Isère ? Je n'y peux rien si Daesh est un mouvement musulman. On ne peut pas être tolérant avec les fanatiques. »

Sa volonté d'accueillir en priorité des chrétiens repose sur le fait qu'ils sont plus faciles à identifier, à connaître. Ceci dit il est disposé à accueillir à Roanne une dizaine de familles, soit une cinquantaine de personnes. Il y a des logements pour eux. Il désire les accueillir durablement en leur permettant de se réinsérer, de refaire leur vie ici, d'avoir des papiers, de travailler, d'envoyer leurs enfants à l'école. 
« Ce serait une folie, insiste Yves Nicolin,  d'accueillir tout le monde les yeux fermés. On accueillera les musulmans après quand on aura pris toutes les précautions et les précautions sont plus faciles à prendre avec les chrétiens. Daesh va continuer de terroriser l'Occident. Le danger est à nos portes ! »
Sa position suscite un tollé de protestations des élus de gauche roannais et des anonymes, voire des torrents d'injures. Mais il n'en changera pas.

Quant au groupe d'élus d'opposition PS "Osez Roanne" il dénonce dans un communiqué l'attitude d'Y. Nicolin "qui fait prévaloir la notion d'une charité au facies, une charité idéologique au détriment de la solidarité" . Il condamne aussi le fait d'opposer les religions les unes aux autres et le fait que "les logements sociaux de la ville de Roanne vont être attribués sur des critères religieux : ce n'est ni laïque ni républicain."

Louis Pralus

SOS Racisme Loire veut des excuses publiques

« De nombreuses communes se sont montrées ouvertes à l’accueil de réfugiés syriens comme le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau. Nous félicitons cet engagement. Cette démarche a été hélas entâchée par  le député-maire de Roanne, Yves Nicolin, en clamant que seuls les réfugiés de conversion chrétienne pourraient intégrer sa commune. SOS Racisme Loire rappelle que cette condition ne peut être entendable ! Sous-entendre que les non-chrétiens pourraient être des terroristes est extrêmement grave et va à l’encontre des principes d’une terre d’accueil. Nous demandons des excuses publiques à Yves Nicolin. Aurait-il oublié que la France est la patrie des droits de l’Homme et une terre d’accueil ? »

Le préfet de la Loire, Fabien Sudry, a pour sa part indiqué dans un communiqué de presse concernant l'accueil des réfugiés que « conformément à nos règles et nos principes républicains, l'accueil des réfugiés ne saurait toutefois se faire sur une base discriminante, basée sur la religion par exemple. »



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide