Fermer la publicité

Voitures sans permis : un marché dynamique

le 14 septembre 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - article lu 617 fois

Voitures sans permis : un marché dynamique
aixam/mega - Tableau de bord d'une Aixam

Si le marché automobile a repris récemment quelques couleurs, celui de la voiture sans permis affiche une croissance forte depuis plusieurs années. Une spécificité française et même rhônalpine.

Environ 15 000 véhicules se sont vendus l’an dernier et le marché est tonique : le choix s’élargit chaque année et il est possible maintenant de louer facilement une voiturette pour 450 à 600€ par mois. Le marché est en effet nourri par plusieurs tendances qui se combinent positivement. D’abord la difficulté à obtenir ou à conserver son permis oriente de nombreuses personnes sur les « quadricycles légers » ; c’est le cas de ce couple rencontré à Satolas-et-Bonce : elle n’a jamais eu son permis, lui se l’est fait retirer : leur désir de mobilité n’a pas disparu, et ils ont opté pour une location sur quelques mois, histoire de savoir si ce véhicule pourrait leur suffire à terme. De plus en plus de jeunes sont également tentés par la voiture sans permis : d’abord parce que la réglementation permet depuis peu une utilisation dès 14 ans (contre 16 ans avant), ensuite parce que certains jeunes citadins n’ont « pas le temps » de passer leur permis (notamment à Paris et sur la côte d'Azur, où se concentrent les hauts revenus), enfin parce que les jeunes mettent beaucoup moins que leur aînés d’ego dans la taille de leur voiture, qui n’est qu’un élément de statut parmi d’autres comme les vêtements ou le smartphone. Notons aussi que le prix du permis en France est l'un des plus élevés du monde. Résultat : le pourcentage de moins de 25 ans titulaires du permis B ne cesse de baisser.

Un marché rajeuni

Il faut dire que les constructeurs savent de mieux en mieux flatter le client, avec des finitions soignées et des équipements « comme les grandes ». Le « look papy » est en train de disparaître, porté par le succès de la Smart ou la mode de la Twizy et par la tendance à « l’achat malin » à l’écart du « troupeau » des consommateurs traditionnels. On note à ce sujet que seulement une voiture sur trois est conduite par un retraité, contrairement à l’idée communément admise. La recherche de mobilité n’a jamais été si forte et toutes les solutions ont leurs adeptes. Un loueur de Grenoble témoigne : « En ville les voiturettes et les voitures sont quasiment à égalité en terme de vitesse moyenne ; elles ont l’avantage en termes de stationnement et de consommation et la plupart du temps le conducteur est seul à bord : du coup de plus en plus de personnes franchissent le pas ». Du point de vue économique, l’avantage est moins évident, car les coûts d’achat et d’assurance sont quelquefois supérieurs à ceux d’une citadine traditionnelle. A Saint-Clair-de-la-Tour, un concessionnaire tempère : "A la différence de ceux des grandes villes, nos clients sont avant tout des gens réellement coincés, notamment une population âgée ou handicapée ; les jeunes clients restent marginaux pour des questions de revenus et les gens qui ont perdu leurs points ne représentent qu'une infime partie". Mais l’innovation fait bouger les lignes, notamment avec les véhicules électriques.

Le leader est rhonalpin

Fait remarquable, la plupart des constructeurs sont français : cela est dû en partie à la réglementation particulière à la France. Le leader Aixam/Mega est rhônalpin avec une usine en Savoie et une en Isère. Le groupe de 220 salariés produit 12 000 véhicules/an, dont ces mignons utilitaires souvent utilisés par les municipalités et qu’on croise de plus en plus sur nos  routes. La production a quadruplé en vingt ans et la moitié part à l’export. La tendance semble bien installée et sauf volte face de la réglementation, devrait se poursuivre.

Arnaud de Jubécourt

 

Que dit la réglementation ?

Véhicules concernés : quadricycles légers de moins de 350kg, limités à 45 km/h
Age minimal : 14 ans (depuis octobre 2014)
Papiers nécessaires : Les personnes nées après le 1er janvier 1988 doivent posséder le permis AM/BSR (permis scooter 50cm3) . Aucun permis n’est requis pour les personnes plus âgées. Dans tout les cas, le conducteur doit posséder une assurance. Celle ci peut atteindre des prix supérieurs à ceux d'une voiture.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide