Fermer la publicité

Voitures polluantes : la pastille sera dure à avaler

Isère le 16 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Société - article lu 683 fois

Voitures polluantes : la pastille sera dure à avaler
Caroline Thermoz-Liaudy - Toutes les voitures ne pourront plus rouler lors des pics de pollution

Cet automne, la métropole grenobloise, le Grésivaudan et le Voironnais vont faire l'objet d'une expérimentation du dispositif de pastille verte. Devant la grogne prévisible d'automobilistes, Christophe Ferrari, président de la métropole et docteur en chimie atmosphérique assume pleinement ses choix.

Il ne fait pas bon être automobiliste à Grenoble en ce moment. Christophe Ferrari l’affirme : non, il n’a rien contre les automobilistes, au contraire. Pourtant, entre la limitation de vitesse à 30 km/h sur la majorité des voies de circulation de la métropole (à compter du 1er janvier), et l’expérimentation de la pastille verte, (ou plutôt du certificat de qualité de l’air, car tout le monde ne sera pas au vert !) les voitures ne semblent plus être les bienvenues en ville.

« Air Rhône-Alpes a des indicateurs qui permettent de mesurer tout au long de l’année les pics de pollutions, il y a des facteurs, tant dans les usages humains que dans la climatologie qui font que ces pics surviennent. Notre volonté c’est d’agir avant l’arrivée du pic, quand on voit que ces facteurs sont réunis. » Avant et pendant le pic, les Grenoblois devront donc se référer à leur vignette pour savoir s’ils peuvent rouler. Et la moitié des Isérois feront de même, car un accord a été signé avec le Grésivaudan et le Voironnais. « Cela fait une échelle de population d’environ 650 000 personnes soit la moitié du département de l’Isère […] Ce périmètre pourrait même être plus grand, puisque le PPA (Plan de protection de l’atmosphère) qui a été fixé il y a quelques années, était plus large. Mais avec la moitié de la population iséroise concernée, il en englobe déjà une bonne partie. »

Et techniquement, comment ça se passe ? Les habitants concernés devraient recevoir prochainement chez eux la vignette et les instructions appliquées en cas de pic. « Notre volonté est d’abord que les personnes prennent conscience de l’impact écologique de leur voiture. Il y a aussi cet aspect pédagogique, il ne faut pas voir que du punitif. Puis il y aura la régulation. »

Et les ruraux ?

Si l’intention est louable, il n’empêche que les restrictions vont impacter un grand nombre de personnes, en première ligne : les moins riches et les habitants de zone rurale. « Il ne s’agit pas de mettre en place un système ségrégationniste. Nous devons, nous, mettre des solutions pérennes et suffisamment souples pour permettre du report modal. Il faut trouver les mécanismes pour qu’il y ait moins de véhicules. On travaille sur des éléments de co-voiturage, de développement du vélo, sur les tarifs réduits dans les transports en commun…» Quant aux ruraux, pour qui trouver un bus peut relever du parcours du combattant… quand bus il y a ? « En ce qui concerne les contraintes spatiales, des personnes qui habitent plutôt loin, qui travaillent en cœur d’agglomération, et qui contribuent de manière importante à l’économie, il faudra aussi trouver des solutions. Le co-voiturage devra trouver sa place. On n’a pas encore fini d’affiner ça. C’est pour ça qu’on est dans l’expérimentation. On verra quels sont les éléments qui sont durs et complexes. L’idée c’est que tout le monde puisse aller au travail, ou faire ce qu’il doit faire, tout en ayant conscience de notre impératif collectif, qui est de réduire la pollution atmosphérique».

Tout le monde ou presque, puisqu’aujourd’hui, seules les voitures sont concernées et pas encore les deux roues motorisées. « Il y aura sans doute à travailler là-dessus,  mais pour le moment c’est le ministère qui définit son cadre et nous essayons d’appliquer notre stratégie localement en fonction des spécificités locales. »


Caroline Thermoz-Liaudy
 

Quelle couleur pour quelle voiture ?

-Bleue : véhicules 100% électriques.
-Verte: véhicules essence de norme Euro 5 ou Euro 6 (après le 1er janvier 2011).
-Jaune : véhicules Diesel de norme Euro 5 ou Euro 6 (après le 1er janvier 2011) ainsi que les essence Euro 4 (entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010).
-Orange : véhicules essence de norme Euro 2 ou Euro 3 (entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2005) ainsi que les Diesel Euro 4 (entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010).
-Rouge : Diesel Euro 3 (entre le 1erjanvier 2001 et le 31 décembre 2005).
-Marron : Diesel Euro 2 (entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000).
-Noire : Tous les véhicules produits avant le 31 décembre 1996.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide