Fermer la publicité

Voironnais et Chartreuse : 2 M€ pour l'énergie positive

Isère le 16 décembre 2016 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Centre-Isère - article lu 137 fois

Voironnais et Chartreuse : 2 M€ pour l'énergie positive
Supermixx - La ville de Voreppe à la fois dans le voironnais et le parc de Chartreuse, dispose d'une centrale solaire et bois

Le 7 décembre dernier, le Pays voironnais, le parc de Chartreuse, et la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, ont signé un avenant à la convention des territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) qui permet d'apporter au total 2 M€ à ces territoires.

Depuis juillet 2016, le Pays voironnais et le Parc de Chartreuse sont lauréats de la labellisation nationale « Territoires à énergie positive pour la croissance verte ». Il s’agit d’une enveloppe dédiée à l’investissement des collectivités. Cette aide financière de l'Etat doit permettre la réalisation de nombreux projets liés à la transition énergétique comme par exemple : l’installation de turbines de production d'hydroélectricité sur le réseau d'eau potable du Pays voironnais ou la rénovation énergétique des copropriétés.


Le lancement de territoire à énergie positive (Tepos) Voironnais-Chartreuse a eu lieu le 16 juin dernier. L’ambition pour le centre-Isère est grande : réduire de moitié la consommation d’énergie et produire la moitié en énergie renouvelable. Pour cela, l’ensemble des domaines seront sollicités : les mobilités bien-entendus, mais aussi la rénovation de l’habitat, sans oublier le monde économique avec un partenariat au niveau des entreprises de Centr’Alp. Sur ce territoire, 40% de la consommation d’énergie provient de l’industrie, 26% des transports, 21% du résidentiel, 12% du tertiaire et 1% de l’agriculture.

Dans l’ensemble du Pays voironnais plutôt urbanisé, et de la Chartreuse majoritairement rurale, la production d’énergie renouvelable est dix fois moins importante que la consommation, et ne dépasse pas 8% de l’énergie globalement consommée. A l’objectif 2050, il faudra avoir divisé la consommation par deux (soit 2612 GWh/an), divisé par quatre les émissions de gaz à effet de serre (278 Kteq), mais multiplié par 6 la part des énergies locales propre (soit 2612 GWh/an).


Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide