Fermer la publicité

Voiron poursuit le déploiement de caméras

Isère le 28 novembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Centre-Isère - article lu 412 fois

Voiron poursuit le déploiement de caméras
Socklib - La mairie de Voiron devrait installer des caméras chaque année

Sept caméras étaient déjà installées dans les rues de Voiron. En ce mois de novembre, 12 nouvelles viennent de s'ajouter.

Il y avait déjà sept caméras à Voiron, et la commune en installe actuellement 12 nouvelles qui seront en service avant la fin du mois. Des caméras dont l’emplacement a été soigneusement choisi en amont, comme l’explique Lydia Mogore, adjointe du maire à la sécurité et au cadre de vie. « On y réfléchit avec la police nationale, la police municipale et tous les corps de métiers liés à la sécurité pour voir quels sont les besoins, où sont rassemblés le plus de problèmes… »
Parmi les lieux sélectionnés, d’abord le cœur de ville, puis la remontée dans la rue Sermorens. « Le square Brameret génère pas mal de trafic par exemple, alors nous mettons l’accent avant tout sur ces lieux. »

A l’avenir le déploiement sera plus important puisqu’il a été prévu de nouvelles installations chaque année. « C’est aussi une question de moyens, on ne peut pas dépasser un certain budget par année. Cette tranche a nécessité un investissement de 152 000 € », explique l’élue, plus que jamais convaincue de la pertinence de ce choix. « Ce qui s’est passé à Paris nous conforte dans l’idée que la vidéo protection est une solution. Ce n’est pas la solution, mais c’en est une. Le fait d’avoir des images quand il se passe des choses, c’est important », explique-t-elle en précisant que pour l’heure, il ne s’agit pas de prévenir des attaques terroristes, mais bien les actes de délinquance.

Et concernant justement l’exploitation de ces images en cas de besoin, ce sont bien des professionnels qui s’en chargent. Seuls le commissariat et la police municipale sont habilités à visionner les enregistrements. « Au niveau de la police municipale, nous n'avons pas quelqu’un qui est tout le temps devant les écrans. C’est pour ça qu’on a fait un raccordement à la police municipale, qui a bien un agent derrière les écrans 24 h/24. Pour le moment on ne peut pas se permettre d’avoir quelqu’un de la police municipale tout le temps derrière les écrans sinon le coût monterait en flèche. A l’avenir, cela pourrait être possible si d’autres communes se mettaient avec nous et qu’on désigne une personne pour gérer l'ensemble. »

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide