Fermer la publicité

Voie de garage pour le CFAL ?

Isère le 02 décembre 2014 - Claire Thoinet - Actualités - article lu 869 fois

Le choix du fuseau plaine d’Heyrieux/Sibelin nord, pour réaliser le contournement fret ferroviaire de l’agglomération lyonnaise entre Grenay et la rive droite du Rhône, s’avère manquer d’objectivité, selon les élus.

Ces derniers (29 maires et 550 élus municipaux) demandent à Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie d’annuler les décisions ministérielles de 2009 et de relancer une consultation avec des données sincères et actualisées. Le dossier monté par Réseau ferré de France comportait une ligne couverte à 80% abaissant le niveau des nuisances sonores et visuelles, et n’abordait pas de traversée du Rhône... La région Rhône-Alpes n’est approvisionnée que par 20% des marchandises transitant entre nord et sud du continent. L’accès au port fluvial sur le Rhône à Salaise-sur-Sanne serait facilité par une ligne de fret dédiée. La traversée du Rhône, entre rives gauche et droite, doit enjamber l’autoroute A7 et la départementale pour rejoindre les infrastructures ferroviaires existantes. La nappe phréatique empêche le passage à couvert, élément évoqué par les élus, mais non pris en compte par RFF qui se ravisera. A l’heure actuelle, « Le tonnage du fret est en baisse », précise Claude Bosio, maire de Chasse-sur-Rhône. Le développement escompté n’est pas au rendez-vous, alors que c’est là tout l’intérêt d’un tel contournement. Le volume n’est n’est pas au rendez-vous en 2014, alors qu’en attendre pour 2030 ? Cependant, les élus s’accordent sur un tel équipement pour le territoire. Mais il traverse plusieurs communes, ne comporte pas de vision européenne qui engloberait l’ensemble des moyens de transport. « Nous préconisons de suivre la LGV Paris/Marseille qui a un couloir large. L’impact serait moindre pour les populations », souligne Jean-Jacques Brun, président de PARFER et maire de Ternay.

Le CFAL et PARFER

Le projet de contournement fret ferroviaire de l’agglomération lyonnaise se veut stratégique à l’échelle régionale, nationale et européenne. Réseau ferré de France (RFF) doit créer 70 km de ligne reliant celle Lyon/Ambérieu-en-Bugey à la Vallée-du-Rhône, permettant le passage d’une centaine de trains marchandises et voyageurs par jour. Le CFAL doit améliorer le maillage du réseau ferroviaire, désengorger le nœud ferroviaire lyonnais et favoriser la dynamique économique de Rhône-Alpes. Il se découpe de Leyment jusqu’à Saint-Pierre-de-Chandieu au nord, puis jusqu’aux lignes de la rive gauche de la vallée du Rhône et au site ferroviaire de Sibelin au sud et franchit le Rhône en amont de Vienne. Pour ces deux dernières, la consultation publique (6 octobre 2014-6 janvier 2015) fait suite aux décisions ministérielles de 2009 validant le dossier d’études préliminaires de RFF. La société doit engager des études d’avant-projet sommaire sur la base du fuseau plaine d’Heyrieux/Sibelin nord, traversant Saint-Pierre-de-Chandieu, Toussieu, Corbas, Mions, Feyzin, Solaize, Marennes, Chaponnay, Saint-Symphorien-d’Ozon et Sérézin-du-Rhône, tracé moins long à moindre coût. La couverture du tracé est tombée à 20 % aujourd’hui. L’association Pour une alternative raisonnable ferroviaire-les élus riverains (PARFER), est créée en 2002, quand l’idée d’un contournement autoroutier par l’ouest lyonnais, avec, à l’est, celui du fret ferroviaire de l’agglomération lyonnaise, se fait jour. Elle défend les intérêts des communes touchées et veille à un aménagement du territoire prônant qualité de vie des habitants et patrimoine local.

Claire Thoinet



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide