Fermer la publicité

Viviane Rousset, éditrice passionnée et exigeante

Rhône le 21 mai 2015 - S.B. - Économie - article lu 826 fois

Viviane Rousset, éditrice passionnée et exigeante
D.R. - La présidente des Editions de Saxe

Avec passion et exigence, elle perpétue le savoir-faire des Editions de Saxe, maison fondée par ses parents, spécialisée dans le loisir créatif. Loin de se contenter du passé, elle mise sur l'innovation. Avec succès.

Etre éditrice quand on est l’unique fille d’un couple d’éditeurs : une évidence ? « Pas du tout. Mon père ne m’a jamais formée pour prendre sa suite. Et moi, je me voyais psychologue », répond Viviane Rousset dans un large sourire.  Néanmoins, à l’écouter de plus près, toutes les conditions étaient réunies pour qu’elle trouve un jour sa place dans l’entreprise.

Enfant, elle engrange sans le savoir : autour du dîner « où mes parents parlaient fréquemment de leur travail » comme au cours de longues heures passées à lire dans un coin de leurs bureaux de l’avenue de Saxe - qui donnera son nom aux Editions de Saxe. « J’ai aussi un rapport indéniable au livre et à l’odeur. A chaque fois que j’édite un livre et que je reçois un exemplaire, je m’y plonge pour y retrouver - ou pas - l’odeur du livre ». 

Plus tard, son père la dissuade de s’inscrire en cours de psycho, « ce n’était pas assez sérieux pour lui », et l’incite à s’orienter vers une école de commerce. « J’ai obtempéré et j’ai choisi l’Institut européen des affaires à Paris pour son ouverture internationale ». Au cours de ses études, la jeune femme fait ses armes dans cinq pays différents, dont les Etats-Unis, le Japon et l’Italie « dans des entreprises partenaires de la maison », où elle apprend les ficelles de la vente par correspondance et les techniques avancées de marketing sur lesquelles l’entreprise base son développement.

A son retour, après un détour de trois ans dans l’accompagnement d’un concept innovant de magasin de pâtes fraîches, « où elle apprend beaucoup en gestion », elle rejoint enfin ses parents dans l’aventure. Elle s’occupe de marketing direct au travers de la filiale Fulfilement Informatique. « C’était très technique, mais c’était ce que je savais faire de mieux à l’époque. Nous nous occupions des abonnements, des campagnes et travaillions aussi en sous-traitance pour le groupe Hersant », explique-t-elle. Indépendante, elle gère la filiale - « ça me plaisait beaucoup » - tout en se consacrant à sa famille. Elle aura trois enfants en l’espace de 5 ans.

En 2002, le groupe hollandais Keesing rachète l’entreprise de 50 salariés. « Cela commençait à devenir lourd pour mes parents », souligne-t-elle. Le couple, qui a toujours travaillé ensemble et a fondé les Editions de Saxe en reprenant en 1962 Les Broderies Lyonnaises, aspire à la retraite. Quant à Viviane Rousset, elle ne s’imagine toujours pas à la tête de l’entreprise et profite de la pause pour se consacrer à l’astrologie et au développement personnel. Mais la récréation est de courte durée. La mère de famille s’ennuie vite. « Je ne suis clairement pas faite pour ne m’occuper que de la maison et des enfants. ».

Elle remonte une petite société d’édition de loisirs créatifs, un peu loin de l’art du fil pour cause de clause de non-concurrence, et se « découvre une forme de talent créatif. J’étais au final faite pour avoir des idées de produits, pour conduire des projets ». Près de deux ans plus tard, les Hollandais recontactent les anciens propriétaires : les Editions de Saxe sont de nouveau à vendre. « Mon père ne voulait plus revenir aux commandes opérationnelles, même s’il reste toujours très présent dans l’entreprise. Alors, ce fut moi qui conduisit la reprise. » Cette fois-ci, ce fut naturel, et évident.

Satisfaite du travail accompli, la présidente veille désormais sur « sa petite sœur », comme elle l’appelle affectueusement, de 35 salariés, 15 titres de presse spécialisés et 150 éditions par an. Jamais à cours d’idées, toujours avec un livre à la main - à lire, pour le plaisir ou à corriger, pour son travail -, Viviane Rousset travaille déjà sur ce qui sera tendance demain.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide