Fermer la publicité

Vitrage/Miroiterie - Reyvisol disparaît faute de repreneur

Loire le 07 août 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 2223 fois

Vitrage/Miroiterie - Reyvisol disparaît faute de repreneur
L'entreprise a été créée en 1924 par la famille Reymondon, dont les descendants restent propriétaires de l'imposant bâtiment (© Denis Meynard)

L’entreprise Reyvisol-Reymondon du Chambon-Feugerolles, disparaît l’année de ses 90 ans.

Ce spécialiste du travail du verre plat, du verre feuilleté et de la miroiterie, en redressement judiciaire depuis fin avril, a été placé en liquidation judiciaire par le Tribunal de commerce de Saint-Etienne la semaine dernière, ainsi que sa holding Cyrnos, faute de repreneur.
Une offre de reprise de l’activité avec une dizaine de salariés avait pourtant été déposée auprès de l’administrateur judiciaire par la société BDF Investissements. Son dirigeant, un homme d’affaires de la Haute-Loire, présent dans le secteur de l’immobilier, Dominique Brugerolle de Fraissinette, s’est ravisé quelques jours avant l’audience décisive. Si le porteur du projet était allé au bout, il aurait pu bénéficier du soutien des pouvoirs publics dans le cadre du projet de revitalisation du bassin de l’Ondaine, lié aux restructurations menées chez Altia, Aubert & Duval et Forgital FMDL.

« Cette entreprise était viable »

Lors de son rachat par Thierry Chabroud, en 2003, Reyvisol-Reymondon, spécialisée dans la transformation (découpe, sablage, taillage, façonnage, collage pour ultra-violet… ) et la pose de vitrages et de miroirs, comptait une quarantaine de salariés. Un effectif qui était descendu à 21 en 2013, puis à 17 ces derniers jours lors de l’arrêt définitif de l’activité, le 31 juillet. Un représentant des salariés estime que « cette entreprise, qui a réalisé de gros bénéfices au cours de la décennie écoulée, était viable ».  Mais il estime que « les moyens nécessaires n’ont pas été mis dans l’entretien des machines, la recherche de produits innovants et la prospection commerciale sur le terrain ».
Des investissements dans une chaine de montage de produits isolants (double vitrage), en partenariat avec une entreprise spécialisée de ce secteur de la vallée du Gier, n’ont, selon lui, pas apporté les résultats escomptés. Il déplore au passage « que la politique économique du gouvernement ne soutienne pas plus les industriels français qui contribuent à l’amélioration de la qualité des logements et la baisse de leur consommation énergétique. »

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide