Fermer la publicité

La CCI invite les enseignes nationales à s'installer sur Feurs

Loire le 15 juin 2015 - Louis Thubert - Commerces - article lu 588 fois

La CCI invite les enseignes nationales à s'installer sur Feurs
Louis Thubert - Corinne Gaurand, du magasin Yves Rocher, André Mounier, président de la CCI de Saint-Etienne et Jean-Pierre Taite.

Opération communication : la CCI de Rhône-Alpes a invité 13 représentants d'enseignes nationales à visiter les zones commerciales de Feurs. Objectif ? Les séduire avec les perspectives commerciales de la ville, pour qu'elles y ouvrent un magasin

Faire venir des enseignes nationales à Feurs : tel est l'objectif que s'était fixé, le 3 juin, la chambre de commerce et d'industrie de Rhône-Alpes, via les visites de sites d'implantation Visiocommerce. Soutenue par la mairie de Feurs et le conseil départemental, la CCI a invité de nombreux représentants de franchises françaises, comme par exemple Picard, mais aussi d'autres entreprises moins connues : un responsable de développement du réseau de restaurants Baïla Pizza était ainsi de la visite.

« La position géographique de Feurs est intéressante, a plaidé Jean-Pierre Taite devant les invités, entre l'A 72 et l'A 89, ce qui nous place à la fois aux portes de Lyon et de Saint-Etienne. De plus, la ville a la plus grosse progression démographique de la Loire selon l'Insee. Nous avons tous les avantages d'une grande ville sans en avoir les inconvénients ! »

Au programme de la visite, une présentation, par la CCI, du potentiel commercial de Feurs. Puis un tour dans le centre-ville de Feurs et dans la zone commerciale de Carrefour, à l'entrée de la ville. Les participants ont pu notamment visiter le magasin Yves Rocher de Corinne Gaurand et la boutique indépendante Rose Bonbon, tenue par Roselyne Monteyrimard. Représentants de franchises mais aussi élus du conseil municipal ou de la CCI, ont pu avoir le ressenti des commerçants.

Mais pourquoi la CCI met-elle en avant Feurs, plutôt que Saint-Etienne ou Montbrison ? « Saint-Etienne aujourd'hui, c'est compliqué, il y a de gros soucis. Et Montbrison, c'est saturé. A Feurs, il y a beaucoup de pouvoir d'achat », indique R. Monteyrimard. Présente dans la ville depuis sept mois, elle assure être au-dessus de son chiffre d'affaire prévisionnel. Quant à Corinne Gaurand, elle déclare faire 18 à 40 % de plus d'activité chaque mois par rapport à ce qui est prévu pour ce type d'établissement.
Les représentants des franchises sont-ils convaincus par cette journée de tourisme ? Picard est éventuellement intéressé pour s'implanter dans la zone commerciale de Carrefour, mais pour d'autre, la taille de la zone de chalandise fait douter, même si les perspectives commerciales paraissent intéressantes. Tous, en tout cas, évoque la franchise comme la meilleure forme d'implantation, plutôt qu'un magasin en propre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide