Fermer la publicité

Visa étudiant pour 4 Albanais expulsables

Loire le 04 décembre 2014 - Denis Meynard - Société - article lu 326 fois

Visa étudiant pour 4 Albanais expulsables
Près de 150 personnes, étaient venues manifester leur soutien au foyer Habitat jeunes Clairvivre, en janvier (© Denis Meynard)

La mobilisation intervenue début 2014 autour de quatre jeunes Albanais scolarisés dans la région stéphanoise et la qualité de leur dossier, leur a permis de bénéficier d'un visa étudiant.

Mirush et Shefqet, ainsi que les jumeaux Fatos et Rahman ayant atteint leur majorité en 2013, ils ne pouvaient plus prétendre bénéficier de l’Aide sociale à l’enfance et à un hébergement au Foyer Clairvivre. La préfecture de la Loire leur avait signifié, ainsi que d’autres jeunes dans une situation comparable, l’obligation de quitter le territoire français (OQTF). Décisions qu’ils avaient contestées, mais qui avaient été confirmées par le Tribunal administratif de Lyon au premier semestre 2014.
Pour soutenir ces jeunes majeurs préparant CAP, Bac Pro et lycéens en série S pour deux d’entre eux, un comité de soutien s’est créé, menant plusieurs actions pour faire connaître leur volonté d’intégration et leurs bons résultats scolaires.
En juin, l’association Rêve (Rester, étudier, vivre ensemble) est née pour continuer à appuyer leurs démarches auprès des autorités locales et nationales. Une fois celles-ci abouties, il a fallu que ces quatre Albanais retournent brièvement dans leur pays (deux jours), le temps d’obtenir à l’Ambassade de France à Tirana le titre de séjour convoité. « Ce voyage en avion, accompagnés par le trésorier de l’association, a eu un coût et a été une source d’inquiétudes pour eux, mais c’était la seule possibilité offerte pour régulariser leur situation, explique Georges Berger, le président de Rêve. Désormais, ils habitent dans un appartement, bénéficient d’aides sociales et pour certains recherchent de petits boulots pour compléter leurs ressources. » Ajoutant que l’association veut venir en aide à d’autres jeunes dans des situations comparables.

Denis Meynard

Lire aussi :

Demandeurs d’asile : la nouvelle vie de l’hôpital de Boën (5 décembre 2014)

Roms à Saint-Etienne : d’un squat à l’autre (5 décembre 2014)

Le père Riffard crée-t-il un « appel d’air » (5 décembre 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide