Fermer la publicité

Vincent Dedienne : « Le rire est une surprise »

Loire le 30 janvier 2015 - Florence BARNOLA - Spectacle, Théâtre - article lu 180 fois

Vincent Dedienne : « Le rire est une surprise »
Fabienne Rappeneau - Vincent Dedienne est sur tous les fronts: télévisuel, radiophonique et scénique

Chaque dimanche il présente la Biographie Interdite de l'invité du Supplément de Canal Plus, chaque mercredi il livre son billet sur France Inter dans le 5-7 et à partir de février il part en tournée avec son "seul-en-scène". Cet ancien élève de la Comédie de Saint-Étienne reviendra en terres stéphanoises le 15 février prochain dans le cadre des Arts Burlesques. Rencontre.

Vous qualifiez votre spectacle de « seul-en-scène », quelle est la différence avec un one-man-show ?

Je suis assez spectateur des one-man-shows quand ils sont bien mais si l’on vient voir le spectacle en se disant que c’est un one-man-show à mon avis on se met dans une position qui n’est pas la bonne. Je n’ai aucun souci d’efficacité ou de rendement pour que les gens en aient pour leur argent en quantité de rires. J’ai écrit le spectacle sans me dire qu’il faut que ça soit drôle toutes les trois secondes mais il se trouve que je crois que c’est drôle, en tout cas les gens rient beaucoup.

N’est-ce pas le postulat de tout spectacle ?

Je pense que oui. Le rire est une surprise. Si vous ne vous attendez pas à rire, vous êtes vraiment surpris donc vous êtes cueilli.

On vous fait souvent remarquer le fossé qu’il y a entre votre formation, plutôt « théâtre public » et votre parcours…

Je pense que c’est assez français. A l’étranger quand vous êtes acteur, c’est assez poli de se balader dans plusieurs univers, c’est presque la moindre des choses de ne jamais être là où l’on vous attend. En France on aime bien savoir qu’un tel fait ça, qu’il a tel style. Il n’ y a pas beaucoup de place pour la surprise. J’ai du mal à faire comprendre que c’est le même travail. Il n’y a aucune raison de ne pas avoir la même exigence de tous les côtés, dans tous les genres.

Pourquoi avez-vous écrit ce spectacle autobiographique ?

Je l’ai simplement écrit parce que j’avais moins de travail pendant un petit moment. Depuis tout petit j’avais l’impression que je serais bien heureux seul sur scène. J’ai voulu vérifier cette intuition.

Comme un conte de fées vous tombez par hasard sur celui qui va changer le cours de votre carrière…

J’avais revu les spectacles de François Rollin et je m’étais dit que j’aimerais avoir cette même exigence dans l‘écriture. Quelques semaines après, je vais prendre le train gare de Lyon et il était devant la gare en train de fumer. Je suis allé le voir, il m’a donné son adresse électronique, on a commencé à communiquer. Il m’a aidé et a co-mis en scène le spectacle avec Juliette (Chaigneau). Il a également appelé le producteur qu’il fallait, Laurent Ruquier qui a accepté de produire le spectacle.

Quels seront vos projets pour la saison prochaine ?

Je suis en train de regarder ce que je vais pouvoir faire au théâtre, il y a quelques pistes... peut-être un Lagarce et un Labiche.

Propos recueillis par Florence Barnola

16 dates à Saint-Étienne et couronne

Les Sea girls, vendredi 13 février à 20 h 30, théâtre de Tardy.
Dany Mauro, samedi 14 février à 19 h, Nouveau théâtre de Beaulieu.
Fabrice Éboué, samedi 14 février à 21 h, Centre des congrès.
Vincent Dedienne, dimanche 15 février à 18 h, Nouveau théâtre de Beaulieu.
Arnaud Ducret, dimanche 15 février à 19 h 30, Centre des congrès.
Ahmed Sylla & Denis Maréchal en gala, dimanche 15 février à 20 h 30, salle Jeanne-d’Arc.
Tremplin nouveaux talents d’humour, lundi 16 février à 18 h, Nouveau théâtre de Beaulieu (gratuit).
Le comte de Bouderbala, lundi 16 février à 21 h, Centre des congrès.
Barber shop quartet, mardi 17 février à 18 h 30, Opsis à Roche-la-Molière.
Jarry, mardi 17 février à 20 h 30, Nouveau théâtre de Beaulieu.
Max Boublil, mardi 17 février à 20 h 30, Centre des congrès.
Blond and Blond and Blond, mercredi 18 février à 19 h, Nouveau théâtre de Beaulieu.
Les Bodin’s, mercredi 18 février à 20 h 30, Centre des congrès.
Nawell Madani, mercredi 18 février à 21 h, salle Jeanne-d’Arc.
Le Woop, jeudi 19 février à 20 h 30, Centre des congrès.
Fellag, vendredi 20 février à 20 h 30, Centre des congrès.

 

Et aussi le Off des Arts burlesques

Noetika Compagnie dans Le Jambon, vendredi 13 février à 21 h à l’Imprimerie à Rive-de-Gier.
Félins pour l’autre, d’après l’œuvre de David Thomas, avec Fabienne Puillet et Yves Bressiant, vendredi 13 février au Théâtre Libre à Saint-Étienne.
James Lalouze dans 2012, année de Lalouze, samedi 14 février à 21 h, l’Imprimerie à Rive-de-Gier.
Réda Seddiki, dans Lettre à France, jeudi 19 février à 18 h, Théâtre libre à Saint-Étienne.
Marc Fillon dans Courage Fillon, samedi 21 février à 21 h, l’Imprimerie à Rive-de-Gier.

Imprimerie théâtre, 22 rue Claude-Drivon à Rive-de-GierThéâtre libre, 48 rue Désiré-Claude à Saint-Étienne.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide