Fermer la publicité

Villefontaine: Raymond Feyssaguet, 20 ans de mairie

Isère le 12 juin 2015 - Jacques SAVOYE - Nord-Isère - article lu 861 fois

Villefontaine: Raymond Feyssaguet, 20 ans de mairie
J.S. - Raymond Feyssaguet est maire de Villefontaine depuis tout juste 20 ans.

A Villefontaine, il y a 20 ans, le 18 juin 1995, Raymond Feyssaguet (divers droite) s'adjugeait l'élection municipale au terme d'une triangulaire gagnée avec 3 voix d'avance sur le maire sortant socialiste Jean-Pierre Philippe. Depuis, il a sans cesse été réélu.

Sans doute est-ce en compagnie de ses proches et des élus de sa majorité municipale DVD que Raymond Feyssaguet célébrera les 20 ans de son arrivée à la tête de la commune de Villefontaine. Ce jour-là, le 18 juin 1995, il était victorieux d'une élection triangulaire, avec seulement 3 voix d'avance sur le maire sortant Jean-Pierre Philippe (Parti socialiste), par ailleurs compagnon de Nathalie Kosciusko-Morizet, future ministre de Nicolas Sarkozy.. Si, en raison de l'étroitesse du score mais aussi d'un tract évoquant un projet de mosquée, un recours était déposé, son élection était entérinée en janvier 1997 par le Conseil d'Etat . Depuis, si la lutte pour l'écharpe tricolore a été âpre et disputée en territoire villard (en 2008, Raymond Feyssaguet ne comptait que 18 voix d'avance sur le conseiller régional P.S. Jean-Noël Salmon), elle a toujours vu la victoire de celui qui s'enorgueillit d'être le fils d'un maçon.

S'il ne manie la truelle que lors des poses de première pierre, ce natif de Lyon, désormais septuagénaire, a une âme de bâtisseur. Ses administrés lui doivent notamment le théâtre du Vellein, la rénovation de la salle Balavoine, diverses opérations immobilières et, surtout, la rénovation urbaine du quartier Saint Bonnet. Destinée à créer un véritable coeur de ville, cette opération sera marquée, le 22 juillet, par l'ouverture de la nouvelle grande surface à l'enseigne de Casino. On décidera alors de ce que deviendra l'actuel supermarché dont le positionnement freine la physionomie du centre-ville où, par ailleurs, une résidence étudiants dont la livraison est annoncée pour l'automne est en construction. Le Carré Cruizille, autre centre commercial de 4 000 m2, est également en chantier.

 Mais la grande affaire des deux derniers mandats de ce titulaire d'une maîtrise de gestion des entreprises (par ailleurs fondateur d'une société de secours autoroutier sur le réseau Aréa) aura été le projet du Village de marques. Un projet également soutenu par l'opposition municipale de gauche conduite par Frédéric Hugon et la députée Joëlle Huillier. C'est à la fin de l'été que devrait débuter ce chantier  aux imposantes retombées économiques pour cette ville où la paupérisation gagne du terrain. Toutefois, cette réussite ne fait pas oublier l'abandon du projet de cité judiciaire qui devait partager un terrain contigu  à ce Village de marques. Une décision gouvernementale que ne cesse de dénoncer ce maire qui, connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, condamne également une carte judiciaire qui dirige ses administrés vers le tribunal de Vienne, distant de 26 kilomètres, alors que celui de Bourgoin-Jallieu étant plus proche et, surtout, facile d'accès. Mais, récemment élu au Conseil départemental sous l'étiquette UDI,  Raymond Feyssaguet, au légendaire franc-parler, n'a pas encore dit son dernier mot. Même si, comme certaines rumeurs le véhiculent, il pourrait prendre un jour prochain du recul avec sa responsabilité municipale.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide