Fermer la publicité

Des rendements viticoles fortement impactés par la sécheresse

Loire le 14 août 2015 - Eric Séveyrat - Sciences, Santé, Environnement - article lu 151 fois

Des rendements viticoles fortement impactés par la sécheresse

Même si la vigne est une culture qui demande moins d'eau que d'autres secteurs de l'agriculture en céréales, fruits, ou élevage, la sécheresse impactera très fortement les rendements des vignobles de la Loire. En revanche et sauf catastrophe d'ici aux vendanges, envisagées vers la deuxième semaine de septembre, la qualité des récoltes devrait être au rendez-vous.


Ce n’est pas tant la qualité que la quantité qui sera impactée par la sécheresse dans les vignobles du nord de la Loire. Le problème de la quantité n’est d’ailleurs pas nouveau, il est récurrent depuis plusieurs millésimes : « Nos vins sont de bonne qualité, ils s’exportent bien, mais nous manquons de quantité", commente Romain Payre, responsable du secteur roannais de l’association des vignobles du Forez-Roannais.
Dans le Roannais, certains secteurs au sud du vignoble vont connaître une chute de 50 % par rapport à 2014 : « Il suffirait de quelques bonnes pluies pour rattraper un peu le retard. Les démarches de déclaration de calamité vont partir cette fin de semaine, affirmait Romain Payre […]. La reconnaissance calamité par l’État n’est pas la panacée, explique le vigneron, mais cela permet des reports de charges MSA, un déblocage d’emprunts de trésorerie, etc. ».

Dans le secteur Roannais on envisage les vendanges vers les 7-8 septembre, avec 15 jours à 3 semaines d’avance, sauf catastrophe, la qualité des grains est là, même petits : « Toutefois, la maturité est un peu bloquée ces temps-ci du fait de la sécheresse ».

Plus au sud du département, Gilles Bonnefoy, responsable du secteur Côtes du Forez, estime à 30 % en moyenne la chute de volume sur les prochaines vendanges : « Les jeunes vignes souffrent plus que celles qui ont plus de 10 ans, commente Gilles Bonnefoy, les rendements sont très fortement impactés, même si nos sols argileux nous préservent un peu mieux que des sols plus sablonneux en Roannais. Nous avions une petite réserve grâce aux bonnes pluies de juin, ajoute le viticulteur. »

Dans le Forez également, les démarches calamité sont engagées. Gilles Bonnefoy évoque aussi des dates de vendanges entre les 5 et 10 septembre. Comme dans le Roannais, la maturité des baies est bloquée « Par le stress hydrique, ajoute le vigneron, le grain a du mal à passer du vert au rose, les trois dernières semaines seront déterminantes pour la qualité. »

Éric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide