Fermer la publicité

Vienne vote son budget 2014 : des économies au programme

Isère le 04 mai 2014 - Charlotte Gazarian - Centre-Isère - article lu 867 fois

Vienne vote son budget 2014 : des économies au programme
Michèle Cédrin, première adjointe en charge des finances, a présenté le budget 2014 qui s'élève à 56 MEUR (D.R.)

Le budget primitif 2014 de Vienne a cette particularité d’avoir été conçu par la municipalité précédente et finalisé par la nouvelle.

Au final, les grandes lignes sont les mêmes mais avec quelques « ajustements », indique le maire Thierry Kovacs. Ce dernier a d’emblée affirmé que le budget respectait les engagements pris par la liste qu’il conduisait lors des municipales. Des engagements qu’il a énumérés, à commencer par les taux des impôts locaux. Il avait promis qu’ils n’augmenteraient pas, ce qui sera le cas pour 2014. Et qu’il les diminuerait d’ici la fin du mandat ; l’avenir dira si cet engagement-là sera également mis en œuvre. Les investissements, de l’ordre de 8,7 M€ cette année, correspondent là encore aux projets qu’on connaissait déjà car largement mis en avant durant la campagne. À commencer par la transformation du Manège en salle des fêtes de 800 places, projet que la précédente municipalité avait déjà mis en route. L’installation de 15 caméras de vidéo-protection supplémentaires est également inscrite au budget 2014. Ces caméras viendront compléter les 96 déjà présentes en ville. Les locaux de la police municipale seront aménagés, avec la mise en place d’un PC d’exploitation des images de vidéo-surveillance en continu. Quant à la mairie, elle sera dotée d’un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite.

« On tire un trait sur 1,2 M€ ! »

Le changement des horodateurs, l’achat de dictionnaires pour les enfants de CM2 passant en 6e ou encore le sondage du sol place de l’hôtel de ville, en vue de la réalisation d’un parking sous-terrain, font aussi partie des investissements à venir. « Tout cela dans un contexte sans précédent », constate le maire, qui dénonce une baisse des dotations de l’État pour 2014 de l’ordre de 500 000 € : « 5 % des dotations perçues par la ville de Vienne vont être supprimées et dans le même temps, on subira 320 000 € de prélèvements supplémentaires ! Quant à la réforme des rythmes scolaires, qui devrait coûter 400 000 € en année pleine, elle n’est pas supportable financièrement dans ces conditions. Au total, on tire un trait sur 1,2 M€. »
Selon Thierry Kovacs, ce contexte pousse les collectivités à faire des choix pour réaliser encore un peu plus d’économies : « Il faut prendre des décisions pour réduire la voilure ». C’est sans doute la raison pour laquelle il souhaite s’entretenir avec de nombreuses associations pour discuter de leurs projets, avant de leur attribuer une subvention (lire en encadré).
Après cette longue explication, Thierry Kovacs a laissé la parole à Michèle Cédrin, qui a présenté en détail le budget, son premier en tant qu’adjointe en charge des finances. Puis le débat avec l’opposition a pu débuter. « Vienne a un potentiel extraordinaire que je crois non exploité, assure Normal Méchin (Front national). Je comprends que la baisse des dotations soit une difficulté mais des économies auraient pu être faites comme pour le projet de parking sous-terrain. Pour la relance de l’emploi en revanche, rien n’est prévu et vous ne faites pas grand-chose pour aider les commerces de proximité. Concernant les impôts, nous aurions pu non pas les contenir mais les baisser ! » Réactions du maire : « L’emploi autrement dit le développement économique, est une compétence qui a été transférée à ViennAgglo. Quant aux commerces de proximité, vous fustigez le parking en centre-ville alors que justement c’est attendu par les commerçants ! »
Jacques Thoizet, conseiller municipal d’opposition d’Union de la gauche, a interrogé le maire sur plusieurs points qui l’ont interpellé, notamment en ce qui concerne les 15 nouvelles caméras de vidéo-protection : « Vous chiffrez le montant de l’investissement mais je n’ai rien vu concernant le fonctionnement. Vous vous engagez à ce que les caméras soient visionnées 24/24 heures mais cela a un coût, comment comptez-vous financer ? » Et Thierry Kovacs de se justifier : « Nous allons mutualiser le personnel des trois collectivités que sont Vienne, ViennAgglo et Advivo et qui ont participé au financement de ces caméras. Cela a un coût en effet mais c’est un choix que nous faisons, parce que c’est un choix des Viennois. »
À l’issue des discussions, le budget 2014 de 56 M€ a été voté mais pas à l’unanimité puisque sans surprise la gauche a voté contre, de même que le Front national.

Charlotte Gazarian

Les subventions aux associations font débat

Avant même d’écouter les éventuelles remarques de l’opposition, le maire Thierry Kovacs a tenu à expliquer la répartition des subventions aux associations. « Vous constaterez que le compte n’y est pas par rapport aux années précédente, car il manque plus de 450 000 €. Mais cela ne veut pas dire que les associations non mentionnées pour l’heure ne recevront rien. Celles-ci feront l’objet de rendez-vous pour discuter de leurs projets, il n’y a pas de décision prise a priori. » Jean-François Merle, élu d’opposition (Union de la gauche) a fait remarquer que certaines petites subventions obtenues l’année dernière par plusieurs associations, auraient pu être reconduites. « Mais elles n’ont pas forcément déposé de dossier et dans ce cas on ne va pas leur donner de l’argent alors qu’elles n’en ont pas fait la demande ! », répond Thierry Kovacs. Lors d’un prochain conseil municipal, une nouvelle vague de subventions aux associations sera donc soumise au vote. En attendant, cette première délibération attribuant au total près de 4 M€ aux associations, a été votée quasiment à l’unanimité, le Front national ayant souhaité s’abstenir.



Les subventions aux associations font débat

Avant même d’écouter les éventuelles remarques de l’opposition, le maire Thierry Kovacs a tenu à expliquer la répartition des subventions aux associations. « Vous constaterez que le compte n’y est pas par rapport aux années précédente, car il manque plus de 450 000 €. Mais cela ne veut pas dire que les associations non mentionnées pour l’heure ne recevront rien. Celles-ci feront l’objet de rendez-vous pour discuter de leurs projets, il n’y a pas de décision prise a priori. » Jean-François Merle, élu d’opposition (Union de la gauche) a fait remarquer que certaines petites subventions obtenues l’année dernière par plusieurs associations, auraient pu être reconduites. « Mais elles n’ont pas forcément déposé de dossier et dans ce cas on ne va pas leur donner de l’argent alors qu’elles n’en ont pas fait la demande ! », répond Thierry Kovacs. Lors d’un prochain conseil municipal, une nouvelle vague de subventions aux associations sera donc soumise au vote. En attendant, cette première délibération attribuant au total près de 4 M€ aux associations, a été votée quasiment à l’unanimité, le Front national ayant souhaité s’abstenir.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide