Fermer la publicité

Vienne : patrimoine communal à vendre

Isère le 13 octobre 2015 - Xavier ALIX - Collectivités locales - article lu 346 fois

Vienne : patrimoine communal à vendre
Xavier Alix - Parmi les bâtiments vendus, cette maison rue Calixte-II

Lors de son dernier conseil municipal, la Ville a voté la vente de biens communaux jugés inutiles à sa gestion pour un total de plus de 500 000 €. D'autres ventes vont suivre durant le mandat.

La Cour des comptes le recommandait dans son dernier rapport sur la Ville Vienne. Centré sur sa gestion 2008-2013 et rendu début septembre 2015 à la municipalité, le document de la chambre régionale suggère en effet d’améliorer la connaissance du patrimoine communal afin de mieux « évaluer le coût d’entretien des immeubles et identifier ceux pouvant être cédés. »

« Voilà, on y est », annonce Thierry Kovacs. L’inventaire de l’ensemble du patrimoine communal était envisagé par le candidat. Constatant et regrettant l’absence, jusque là, d’une gestion « proactive du patrimoine municipal », le maire élu il y a 18 mois vient de le faire concrétiser par ses équipes. De cet inventaire, se dégage un certain nombre de bâtiments municipaux jugés peu voire inutiles à la bonne marche de l’intérêt public. Plusieurs ont donc été mis en vente. Dont quatre qui n’attendaient que l’accord du conseil municipal de lundi, obtenu d’ailleurs sans oppositions, pour être cédés à des particuliers ainsi qu’au bailleur social Advivo.

Au total, 505 000 € ont été tirés de ces quatre biens immobiliers. Il s’agit d’une maison ancienne de 52 m2 sur le parvis de la cathédrale rue Calixte-II pour 70 000 €, d’un appartement de 134 m2 au 3e étage du bâtiment 2 cours Saint-André-le-Bas pour 190 000 € ainsi que d’un garage de 96 m2  6 chemin des Aqueducs vendu 45 000 €. Le montant de ces trois ventes est à chaque fois conforme aux estimations de France domaine. Le feu vert de l’Inspection académique acquis, la quatrième vente concerne l’ancienne école François-Truffaut : 563 m2 de bâti sur 2 473 m2 de terrain. Désaffectée depuis son incendie en 2009 elle était évaluée à 275 000 €. Mais Advivo (qui construira ici des maisons à la location) ne va racheter cet ensemble que 200 000 €, la déconstruction et le désamiantage - 75 000 € - étant à sa charge.

« Ces ventes permettent de dégager des fonds destinés à l’investissement et donc d’éviter le recours à l’emprunt, justifie le maire Thierry Kovacs mais aussi d’alléger les charges de fonctionnement puisque les bâtiments donnaient lieu à des entretiens, des mises au normes à venir, des contrats d’assurances etc. » Cette politique devrait se poursuivre durant le mandat de la majorité qui espère en tirer au final un total de plusieurs millions d’euros.

Xavier Alix

Cour des comptes

« Nous notons les ajustements faits mais restons inquiets sur le poids de la dette en partie dû au dérapage du Trente, notre capacité d’autofinancement négatif. Comment tenir votre promesse de ne pas augmenter les impôts ? Et qu'en est-il de cet appel d’offre irrégulier ? » Ayant pris connaissance du rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion 2008-2013 de la Ville, l’opposition de la gauche unie par la voix de Claire El Boukili-Mallein faisait part de ses inquiétudes. Réponse de T. Kovacs : « pour l’appel d’offres, il s’agit d’un cas sur des centaines et l’honnêteté (des intéressés, Ndlr) ne fait aucun doute. » Pour le reste, « la situation est tendue oui. Elle le sera encore plus avec la baisse des dotations de l’Etat (- 2,8 M€ cumulés de 2014 à 1017, Ndlr). Mais pourquoi alors voter contre les augmentations de tarifs sur l’eau, jusque là très bas, ou encore contre les économies de fonctionnement ? C’est un choix pour ne pas augmenter les impôts ! » Il y aussi celui d’investissement lourds - parking, Maison du jazz - remarquait alors C. El Boukili-Mallein, « Oui, pour développer la ville et attirer des contribuables », rétorquait T. Kovacs.

Dominique Roux remplace Maud Garrigues

N’habitant plus sur Vienne, la conseillère municipale d’opposition Maud Garrigues (PC) a présenté fin septembre sa démission. Comme l’indique le code électoral, le candidat suivant sur la liste, ici celle d’union de la gauche, est appelé à remplacer l’élu démissionnaire. Mais l’intéressé, Eric Berger (par ailleurs président du club Léo-Lagrange), a refusé « pour raisons professionnelles ». Le siège revient donc à Dominique Roux, jeune retraitée très investie dans le milieu associatif et désormais membre du CCAS de Vienne où siégeait aussi Maud Garrigues.

Incendie av. du G.-Leclerc

Le conseil a débuté par l’information grave transmise par le maire à l’assemblée sur l’incendie, suspecté criminel, av. Général-Leclerc lundi après-midi. Le maire a tenu à manifester son soutien aux victimes (une personne gravement brûlée est malheureusement décédée mercredi) et son remerciement aux secours pour leur rapidité. Huit familles ont été relogées, trois à l’hôtel, cinq autres chez des proches.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide