Fermer la publicité

Vienne : le petit frère du théâtre

Isère le 19 juillet 2015 - Martial Fiat - Culture - article lu 171 fois

Vienne : le petit frère du théâtre
Martial Fiat - L'odéon, comme le grand théâtre disposait d'un grand mur derrière la scène, mais il n'en reste rien

Si le grand théâtre romain de Vienne est connu bien au-delà des limites départementales, grâce au festival « Jazz à Vienne », certains Viennois ignorent encore l'existence de son petit frère, un odéon, situé à quelques encablures du premier contre la colline voisine. A découvrir cet été.

Deux « équipements » culturels antiques pour une seule cité, c’était un privilège rare pour une cité et c’est une preuve de l’importance de Vienne à l’époque.

Comme l’expliquent les guides de l’office de tourisme de Vienne et du Pays Viennois, ce « petit » théâtre (il pouvait accueillir 3 000 spectateurs contre 13 000 pour le grand) était réservé plutôt aux « intellos » de l’époque puisqu’on venait y écouter de la musique ou de la poésie en latin ou en grec. Cette classe cultivée, qui parlait les deux langues, se différenciait de la population ordinaire gauloise (allobroge) dont le latin était plus rudimentaire et à qui on offrait des comédies souvent bien « grasses » ou des mimes dans le grand théâtre.

Contrairement à son voisin, l’odéon de Vienne n’est pas près de résonner au son des orchestres : les gradins n’ont pas été dégagés et la scène pas reconstruite. Il faudrait beaucoup d’argent pour ça et les élus de la Vienne moderne ont d’autres préoccupations plus urgentes à une époque où les subventions se sont rares. Mais c’est quand même un grand plaisir de découvrir ce lieu d’où l’on a des points de vue inédits sur l’ancienne capitale gallo-romaine.

Martial Fiat

Visites guidées d'une heure environ au départ de l’office du Tourisme, Cours Brillier à Vienne le 21 juillet et le 11 août à 12 h 30, le 28 juillet et le 18 août à 15 h 30, les 5 et 26 août à 18 h. 

Les autres odéons de l'Antiquité


La présence d’odéons dans les cités grecques ou romaines est plutôt rare : on en trouve, en plus de vienne, à Athènes, à Rome, à Baalbek (Liban), Catane (Italie), Epire (Grèce), Amman (Jordanie), Carthage (Tunisie), Pompéi, Lyon...



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide