Fermer la publicité

Vienne : La question des indemnités des élus au conseil municipal

Isère le 22 avril 2014 - La Rédaction - Centre-Isère - article lu 563 fois

Vienne : La question des indemnités des élus au conseil municipal
(D.R.)

Il s’agissait de désigner des élus à la tête des différents organismes extérieurs dédiés à l’aménagement, au logement, à la santé et aux seniors, au social, à la culture, à l’éducation au sports et au commerce.

C’est donc sans surprise aucune que les élus choisis parmi la liste « Avec vous, pour vous, pour Vienne » ont été désignés avec pour certaines structures la présence d’élus de l’opposition.
Visiblement à l’aise, le maire a présenté la quarantaine de délibérations qui a été adoptée sans débat. Jusqu’à la dernière, portant sur les indemnités du maire et des élus. La majorité a décidé d’utiliser l’enveloppe globale, incluant les majorations, soit 301 076 € pour le maire et les élus ayant délégation; enveloppe allouée par l’Etat. Ce qui a fait réagir l’opposition, estimant « qu’en ces temps de crise, le maire se devait de montrer l’exemple » et qui a donc décidé de s’abstenir. « Votre première décision en tant que maire est de vous faire voter une indemnité de plus de 5 000 € brut par mois qui vont se cumuler aux indemnités de votre mandat de conseiller régional et certainement à ceux de vos autres mandats annoncés, à la tête de la communauté d’agglomération et d’Advivo », a souligné Claire El Boukili-Mallein, conseillère municipale d’opposition d’Union de la gauche. Un avis partagé par Norman Méchin, du Front national, qui s’est lui aussi abstenu. Thierry Kovacs a rétorqué que le président du conseil général André Vallini et le député Erwann Binet, tous deux socialistes, cumulent également plusieurs indemnités et atteignent le plafond autorisé par la loi. « Messieurs Vallini et Binet n’ont pas diminué leurs indemnités en ces temps de crise », a-t-il lancé en précisant que « si on fait de la démagogie, c’est la même chose pour Marine Le Pen ».
Le maire a assuré que des économies seront faites durant sa mandature, à commencer par sa voiture de fonction à laquelle il a d’ores et déjà renoncé.

Sévim Sonmez



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide