Fermer la publicité

Vienne : OPA agricole sur « Marguerite »

Isère le 09 juillet 2015 - Thomas Eydoux - Isère rhodanienne - article lu 574 fois

Vienne : OPA agricole sur « Marguerite »
Gregory Zerbone - Les agriculteurs syndiqués protestent devant l'oeuvre Place du Temple

Banderoles et gilets jaunes : jeudi 2 juillet devait se tenir l'inauguration de Marguerite, l'œuvre d'art conçue par Gad Weil place du Temple à Vienne (lire notre précédente édition). La venue de producteurs de lait protestant contre la baisse constante de leurs revenus l'a annulée.

C’est la multinationale Yoplait, gérée à 51 % par General Mills et à 49 % par la coopérative Sodiaal, qui avait commandé cette sculpture, appelée «Marguerite », pour fêter ses 50 ans.  Yoplait France et le maire de Vienne, Thierry Kovacs, ont finalement annulé l’inauguration prévue depuis plusieurs semaines la veille au soir par le biais d’un communiqué de presse. Cela n’a pas empêché une dizaine d’agriculteurs de la Coordination rurale de s’installer devant la statue jeudi en fin d’après-midi, en amenant avec eux une autre sculpture de vache.

 32 centimes le litre

« On est seulement un petit groupe et on arrive à mettre en déroute une multinationale et une mairie », se félicite Jean-Louis Ogier, président de la Coordination rurale (CR) Rhône-Alpes. Mais alors pourquoi annuler ? Ils ont peur ? Nous leur avions bien dit qu’il n’y aurait pas de débordements. On venait juste demander aux dirigeants de Yoplait de monter les prix du lait à 45 centimes d'euros le litre, au lieux des 32 qui nous sont reversés. On ne peut plus vivre comme ça. »

Alors que la moyenne européenne du prix du litre de lait s’élève à 45 centimes, les producteurs laitiers en coopératives ne reçoivent qu’un maximum de 35 centimes pour un litre de lait vendu. Les producteurs dénoncent les marges prises par Yoplait : « Cette coopération hybride entre le groupe américain et la coopérative française n’est pas normale, estime Bernard Lannes, président national du syndicat de la CR, ils en profitent pour faire de la défiscalisation en achetant ces statues une fortune. » En effet, les producteurs soupçonnent que, pour ne pas payer d’impôt en France, la firme investit dans des œuvres d’art. Contacté pour donner sa version, Yoplait n'a pas donné suite à notre demande. 
 

Thomas Eydoux

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide