Fermer la publicité

Vienne : Des travaux encombrants pour les commerces

Isère le 21 août 2015 - Sevim SONMEZ - Isère rhodanienne - article lu 20 fois

Vienne : Des travaux encombrants pour les commerces
Sévim Sonmez - Selon les commerçants, la rue en travaux décourage de nombreux clients

Depuis plus d'un mois et demi la rue Francisque-Bonnier est difficilement praticable pour cause de travaux. Un chantier qui a des répercussions directes sur le tiroir-caisse des commerçants.

« C’est une catastrophe, peste le boulanger. Mes clients sont obligés de marcher sur une planche pour accéder à la boutique et depuis presque deux mois, leur nombre a considérablement chuté ! ». Avant d’enchaîner : « Depuis quatre mois, mon chiffre d’affaires ne cesse de baisser. Il y a eu les ponts du mois de mai, ensuite le Ramadan fin juin et maintenant les travaux qui soi-disant devaient se terminer fin septembre et qui, d’après le panneau d’information, ne le seront pas avant fin octobre ! ».

La cause de son mécontentement ? Les engins de chantier sont encore présents dans la rue Francisque-Bonnier dont l’accès reste barré, en venant de Vienne. Depuis le 15 juillet, la rue a fait l’objet de travaux sur le réseau de gaz naturel qui sont à présent suivis par la rénovation des espaces publics. Aujourd’hui, les commerçants restent impuissants face à la baisse de leur chiffre d’affaires. En effet, faire un détour en voiture, trouver à se garer et marcher sur une route en travaux refroidit de nombreux clients qui préfèrent s’approvisionner ailleurs.
Le boulanger qui a noté un manque à gagner de plus de 40 % se demande pourquoi « la rue reste barrée même le week-end alors qu’elle n’est pas encombrée par les engins de chantier et qu’il n’y a aucune difficulté pour circuler ». Son voisin, un cuisiniste lui aussi a baissé les bras depuis le début du chantier. « D’habitude je recevais 20 clients par semaine, maintenant c’est tout au plus 8, voire 10 clients », déplore-t-il. Même constant pour le buraliste qui a perdu environ 30 % de sa clientèle et qui remercie ses habitués pour leur fidélité. Seule éclaircie à ce sombre tableau, la fermeture de certains concurrents durant les congés du mois d’août, ce qui leur permet de ne pas aggraver leurs pertes.

N’ayant pas le choix, les commerçants attendent avec impatience la fin des travaux qui sera, espèrent-ils, synonyme de reprise pour leurs affaires.
 

Sévim Sonmez

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide