Fermer la publicité

Vie Juridique - Rentrée solennelle - Période troublée pour le conseil des prud'hommes de Lyon

Rhône le 30 janvier 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1336 fois

Vie Juridique - Rentrée solennelle - Période troublée pour le conseil des prud'hommes de Lyon
(© DR)

Après ses vœux prononcés à l’aube de cette nouvelle année, Bernard Augier n’a pas manqué de rappeler que 2013 aurait dû être l’année du renouvellement des conseillers.

Mais un rapport, qui le prévoit en 2015 au plus tard dans le cadre d’une réforme de ces élections, en a décidé autrement. L’avenir de la juridiction à l’horizon 2015 est à ce prix et la désignation des conseillers, plutôt que leur élection, ne semble pas être du goût de tout le monde, et du collège employés particulièrement. A n’en pas douter, l’échevinage en interpelle plus d’un. On le remarque, l’ambiance n’est pas à la fête dans la juridiction qui regrette cet attentisme. Bernard Augier allant même jusqu’à dire : « Il est regrettable que ce soit un ministre socialiste qui participe à l’élection des conseillers prud’homaux, sachant que l’on ne soigne pas une fièvre en cassant le thermomètre ! ». Si tout un chacun comprend la situation, d’aucuns ont stigmatisé une théâtralisation des propos tenus par le président Augier. Parmi les autres fers au feu, un hommage à Michel Janodet et Jean-Michel Second, les conséquences des ruptures conventionnelles, la taxe de 35 € toujours en cours qui pénalise les employés, les moyens humains et matériels, pour ne citer que l’éternelle préoccupation des places de parking dévolues au conseil de Lyon. De son côté, Pierre Vion, également très attaché au paritarisme qui rend la justice prud’homale actuelle proche des justiciables, note que chacun est très sensible à sa pérennisation. Et de conclure : « Le conseil prud’homal, dans sa composition paritaire, participe à l’équilibre de la justice du travail. Que le bon sens reprenne donc le dessus dans cette période délicate ».


M.G.

LES CHIFFRES DE 2013

282 conseillers, à part égale salariés - employeurs, répartis dans cinq catégories, quatre juges départiteurs et 29 fonctionnaires du greffe (26,9 équivalents temps plein). Affaires entrantes : 6 945 contre 6 386 en 2012 (dont plus de 41 % dans la section industrie). Affaires terminées : 6 361 contre 7 098 en 2012. Durée des affaires terminées (hors référés): 15,9 mois contre 17,1 en 2012. Affaires en cours : 9 528 contre 8 926 en 2012.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide