Fermer la publicité

Vers une réhabilitation de la clinique Saint-Charles

Isère le 15 octobre 2015 - Lawrence Krouwel - Isère rhodanienne - article lu 842 fois

Vers une réhabilitation de la clinique Saint-Charles
Lawrence Krouwel

Jeudi 8 octobre, l'Agence régionale de santé a tranché. Le transfert de la clinique Saint-Charles à Salaise n'aura pas lieu. L'Etat reste ferme sur ce dossier ô combien compliqué et tend vers une réhabilitation de la clinique de Roussillon.

« S’ils pensent que la solution est de remettre un coup de peinture à Saint-Charles, qu’ils le fassent ! », lance Jackie Crouail, maire de Salaise-sur-Sanne qui ne décolère pas devant la décision de l’agence régionale de santé (ARS). En effet, à l’issue du comité de pilotage qui s’est tenu jeudi 8 octobre au sein des locaux de l’ARS Rhône-Alpes, un dossier a été retenu suite à l’appel à projet.

Le groupe Clinifutur, repreneur du groupe Clinicé projette de développer son offre de soins sur le site actuel de la clinique de Roussillon. Et si du côté de la municipalité salaisienne, la pilule a du mal à passer, du côté du député de l’Isère également président du département, Jean-Pierre Barbier, on se réjouit de cette avancée.  « Depuis plusieurs mois, un travail en profondeur est mené par l’ARS et l’ensemble des personnes concernées, ce qui a permis de définir un cahier des charges et de faire émerger quatre offres dont une reprend les demandes qui ont été formulées. Le groupe Clinifutur a affirmé une réelle volonté d’améliorer le parcours de soins des patients et de travailler en coordination avec les acteurs de santé du territoire. Le choix arrêté aujourd’hui assure aussi une transition organisée en termes de personnels et de locaux vers la chirurgie ambulatoire. Des garanties sont également apportées aux personnels. Tous les objectifs sont tenus», se félicite le parlementaire.

« Pour nous, le dossier n’est pas bouclé ! »

S’agissant du choix de la réhabilitation des locaux existants, le député considère qu’il ne s’agit pas d’une aberration en termes d’aménagement du territoire, Roussillon étant la commune la plus importante du Pays roussillonnais. « En termes économiques, aucune des propositions ne reprenaient l’idée d’un transfert. Clinifutur est un groupe solide financièrement et techniquement, qui va mettre en œuvre un projet répondant aux besoins médicaux de la population et à ses besoins économiques, puisque le groupe s’est engagé à ce que les patients bénéficient d’un reste à charge nul. Sur ce dossier, qui en quelques mois aura plus avancé qu’en près de 10 ans, j’ai le sentiment que  nous avons suivi la bonne méthode pour le bon choix » juge le député. « L’appel à projet sur lequel l’ARS s’est appuyé devait être co-construit. Le Copil (comité de pilotage) ne réunit que des élus. Ce n’est pas ce qui était prévu au départ. Le corps médical, les représentants de l’association et du personnel ont été écartés. Pour nous, le dossier n’est pas bouclé ! », fulmine le maire.

Et de regretter que l’Etat n’ait pas tenu ses engagements ni respecter le cahier des charges à savoir : un projet de santé implanté sur le site des Nèves à Salaise. « Un site retenu par l’ensemble des élus », assure Jackie Crouail. « Nous allons de nouveau interpeller le ministère de la Santé et mettre l’Etat devant ses responsabilités. Il ne faut pas oublier que la commune a investi 4 M€ dans ce projet. Tout le monde s’assoit dessus ! Une fois de plus, nous allons mobiliser la population, le personnel, les praticiens et les élus le 28 octobre prochain pour une réunion publique au foyer Laurent-Bouvier à Salaise », conclut le maire.

Lawrence Krouwel

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide