Fermer la publicité

Vers une accélération de la reprise en 2014 ?

Loire le 27 février 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 235 fois

Vers une accélération de la reprise en 2014 ?
Odile Pinatel, directrice départementale de la banque de France dans la Loire a présenté un bilan de l'activité des entreprises en 2013 et brossé des perspectives encourageantes pour l'année en cours en laissant toutefois en suspens cette question : va-t-on vers une accélération de la reprise en 2014 ?

Des constats à l’échelle du monde : 2013 est une bonne année pour la croissance mondiale avec un taux global de 3,4 % contre 2,9 % en 2012.

Cette croissance est tirée par les pays émergents dans le commerce et la production industrielle. « On est sur une trajectoire haussière modérée, commente Odile Pinatel, ce n’est pas une reprise solide, la tendance a besoin de se confirmer ». On observe en effet un ralentissement des rythmes de croissance de la Chine, du Brésil de l’Inde et de la Russie, dans un contexte toutefois marqué par une stabilisation des matières premières.
En zone euro : « reprise molle, fragile et disparate », même si pour la première fois en 2013 la zone euro sort de la récession. En France « la reprise est encore hésitante », le PIB progresse de 0,3 %, retrouvant le PIB de 2008. « Après des trimestres de recul, l’investissement sort positif en 2013, c’est un indicateur fort ». Les prévisions d’investissements étaient sur un repli de 7 %, l’investissement a été finalement positif de 3 %.
En Rhône-Alpes, « le début de l’année 2013 est très difficile, la fin de l’année est bien orientée ». On observe des évolutions contrastées des chiffres d’affaires, négative dans l’industrie qui prévoyait un rebond de 2,6 % et a réalisé finalement – 0,8 %. Les services aux entreprises en revanche, en prévision d’une petite hausse de 0,3 %, réalisent une évolution positive de 1,8 %. « Le BTP résiste mieux que prévu à un niveau de croissance de 0,5 % quand était envisagé une baisse de – 1,2 % ».
« La raison du repli de l’industrie en Rhône-Alpes tient à la faiblesse des exportations ». En effet, le chiffre d’affaires à l’export dans l’industrie dont l’évolution était prévue à un niveau de 3,1 %, se trouve en recul au final de – 0,5 %.
Dans le détail, pratiquement tous les secteurs de l’industrie sont en repli à l’exception de trois d’entre eux, les denrées alimentaires et boissons qui voient leur CA progresser de 3,7 %, la chimie en progression de 2,9 % et la fabrication textile qui maintient son chiffre d’affaires (+ 0,3 %).
La rentabilité n’évolue pas en 2013. « Les entreprises qui ont amélioré leur rentabilité l’ont fait en compressant leurs coûts », précise la Banque de France. Les effectifs sont globalement en repli, - 0,8 % dans l’industrie, - 0,2 % dans les services aux entreprises, même s’ils croissent dans le BTP de 0,5 %.

Le rebond en 2014 ?

Au plan international, « en 2014 les pays émergents devraient connaître une évolution de croissance moins élevée, et les pays développés apporter une contribution plus soutenue à la croissance mondiale », annonce Odile Pinatel. Le consensus Forecasts, l’organisme de sondage économique international, prévoit une croissance de la zone euro de 1 % à décembre 2014, 0,8 % pour la France. « La zone euro est sur un schéma de reprise, lente et disparate », poursuit Odile Pinatel qui ne perçoit pas la menace d’une déflation à court terme. Les taux de change ont peu d’effet sur la dynamique des échanges en raison de la structure des échanges pour la France orientés à 54 % sur la zone euro.
En Rhône-Alpes « la reprise devrait être là », annonce la Banque de France si l’on en croit les prévisions formulées de croissance du chiffre d’affaires, + 3,2 % dans l’industrie (tous les secteurs industriels sont concernés), + 4 % dans les services aux entreprises. En revanche cette reprise ne devrait pas concerner le BTP affiché en baisse en 2014 (– 0,5 %). La croissance dépendra des performances à l’export sur lesquels sont fondés principalement les prévisions. Si l’on attend une croissance de 3,2 % dans l’industrie manufacturière, elle se partage pour 2,6 % à l’export et 0,6 % à la contribution au marché intérieur.
En termes d’investissement on ne devrait pas connaître d’évolution significative en 2014, indique la Banque de France qui conclut à « des perspectives encourageantes en Rhône-Alpes, mais pas suffisantes pour faire reculer le chômage. »

Daniel Brignon


Le BTP en panne en 2014 ?

Si le BTP a bien résisté en 2013 en Rhône-Alpes sous l’effet d’une croissance essentiellement des travaux publics dont la production a évolué de 6 % après avoir connu une croissance de 4,5 % déjà en 2012, les prévision sont moins optimistes pour 2014 où l’on prévoit pour l’ensemble de la filière une baisse de 0,5 % de du chiffre d’affaires. Soit une baisse de 0,7 % dans le gros oeuvre, de 0,1 % dans le second œuvre et une inversion de la tendance dans les travaux publics envisagés à la baisse de 1,3 %. Le BTP est le seul secteur réputé en repli en 2014.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide