Fermer la publicité

Vers l’Isère 100% Très Haut Débit

Isère le 07 décembre 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 953 fois

D’ici 2018, le conseil général de l’Isère compte agir pour que l’ensemble du territoire soit couvert par le Internet Haut Débit.

Un projet débuté en 2004 par le constat des pénuries d’accès sur certaines zones. En 2007, le CG38 lance donc un appel d’offres remporté en 2009 par Alsatis, (Voir encadré) qui met alors en place  une solution radio 4 Mo. Mais depuis, le schéma directeur de l’aménagement numérique du territoire (SDANT) a évolué, et les usages ont fait évoluer les attentes, si bien que la solution est presque saturée. En 2012, un nouvel appel d’offres est lancé. Alsatis, une nouvelle fois retenue fait évoluer son offre en une couverture 20 Mo des zones difficiles. Plusieurs FAI (Fournisseurs d’accès Internet), ont été mandatés par le conseil général, qui devrait donc s’adresser aux opérateurs historiques pour déployer la fibre dans les zones urbaines très denses. C’est pour les secteurs plus sensibles, appelés zones blanches (pas d’accès du tout), et zones grises (très mauvais accès), qu’Alsatis développe des solutions Internet qui ne passe ni par l’ADSL, ni par la fibre, mais par les voies Hertziennes (solution radio), ou satellitaires. Dans le département, un premier déploiement a eu lieu en juin dernier, et 1800 foyers y sont déjà raccordés. L’objectif pour 2015 est d’atteindre les 3000 abonnés si bien qu’en mars prochain, le très haut débit devrait être accessible à Saint-Marcellin ou Saint-Antoine-l’Abbaye. 40 sites sur 280 sont déjà installés.
Des solutions qui pourraient s’étendre sur d’autres zones car, si les utilisateurs « en bout de ligne », sont ceux situés à plus de 6 km de l’antenne (qui ne reçoivent plus qu’un Méga Octet), la nouvelle réalité d’Internet fait qu’en dessous de 2Mo, les utilisateurs, qui ont de plus en plus d’objets connectés, ne sont pas satisfaits. Le vrai confort aujourd’hui se situe donc d’avantage autour de 10Mo (moins de 3 km de l’antenne), et dans 2 à 3 ans, se situera autour des 20 Mo (1km).

ALSATIS : spécialiste des déserts numériques

En France, 450 000 foyers ne sont pas éligibles à l’ADSL parce que situés « en bout de ligne », soit à plus de 6 km de l’antenne. Lorsque l’opérateur historique a été privatisé, et que ces objectifs sont devenus commerciaux plus que de service public, ces zones blanches ont été délaissées car pas assez rentables. C’est donc sur ces secteurs que les opérateurs de solutions alternatives se positionnent. Parmi eux, Alsatis, qui développe des solutions radios et satellites. Les solutions radios permettent de faire passer le signal Internet par les ondes hertziennes grâce à un boitier d’une vingtaine de centimètres à installer sur le toit. L’option satellitaire passant par l’installation d’une parabole de 80cm de diamètre. Alsatis qui regroupe 2 cœurs de métiers : équipement/ ingénierie, et commercialisation, cumule un chiffre d’affaires de 13M€, emploie 50 salariés et compte 20.000 clients en France dont 5.000 entreprises.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide