Fermer la publicité

Véronique Wallon, haut fonctionnaire... et manager

Rhône le 07 mai 2015 - S.B. - Économie - article lu 2509 fois

Véronique Wallon, haut fonctionnaire... et manager
D.R. - "La région est agréable et stimulante"

Après une longue carrière consacrée à l'action publique, elle tient, depuis une petite année, les rênes de l'Agence régionale de santé (ARS) Rhône-Alpes. Son premier poste en province, mais taillée à sa mesure.

En 1981, Véronique Wallon, agrégée de mathématique depuis 5 ans, s’inscrit à Sciences Po Paris. En parallèle de ses cours, la jeune professeure de lycée veut approfondir ses connaissances en économie. Plutôt douée pour les études, cette titulaire d’un DEA est encouragée à se présenter au concours de l’ENA. Malgré sa « méconnaissance du système, voire un léger mépris pour les fonctionnaires », souligne-t-elle dans un éclat de rire, elle le réussit. Et poursuit dans cette voie. Car pour la jeune femme, « d’un modeste milieu d’entrepreneur et d’enseignant », élevée loin du service public, c’est une vraie découverte. D’autant qu’elle sait qu’elle ne pourra enseigner toute sa vie : « J’adorais transmettre mais c’était au final trop routinier ».

Contre toute attente, elle choisit l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), évitant « le gris du Trésor ». Un choix qu’elle juge, aujourd’hui encore, plus judicieux. « Par la suite, le Trésor est devenu, avec les évolutions monétaires, beaucoup moins intéressant tandis que le secteur social a pris une importance considérable dans notre société ». Après quelques années à l’IGAS, l’inspectrice devient secrétaire générale de l’Ecole Polytechnique puis chef du service ressources humaines au ministère de l’Emploi et de la Solidarité.

Après un poste de conseillère au cabinet de Michel Sapin alors ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, et un très bref passage à l’Institut Pasteur comme secrétaire générale, elle intègre Réseau Ferré de France (RFF), où elle occupe différents postes, dont celui directrice de la stratégie.

Cette multiplication de postes résume bien la personnalité du haut fonctionnaire, qui préfère d’ailleurs se définir comme un manager. « Quand j’ai fait le tour d’un poste, il faut que je change : j’en ai intellectuellement besoin ». Après 10 ans de ferroviaire, Véronique Wallon veut retourner dans « son » ministère. Et se voit nommée à la tête de l’ARS Rhône-Alpes.

Après une longue carrière parisienne, elle prend  son premier poste en région. La situation ne trouble pas la directrice générale, intéressée par l’animation territoriale. « La région est agréable et stimulante. Ici, c’est une petite France. On sait que ce que l’on teste ici pourrait être reproduit au niveau national. C’est un critère important pour le déploiement des politiques publiques », poursuit-elle.

Depuis Lyon, elle manage 7 délégations territoriales et 730 collaborateurs avec la volonté affirmée « d’ouvrir l’ARS sur l’extérieur. Au-delà de notre métier de base, qui consiste à assurer la régulation du système de santé, je souhaite tisser des liens forts avec d’autres acteurs ». Ce poste d’envergure convient bien à cette femme qui a besoin d’espace dans son travail. « Ce n’est pas une question de collaborateurs ou de taille, mais une vraie question de positionnement. J’ai eu des postes avec très peu de management, mais avec beaucoup d’envergure. Et j’ai dirigé de gros services, mais avec moins de marges de manœuvre. Tout dépend de notre capacité de leviers ».

Peu encline aux regrets, « c’est mon héritage familial », cette musicienne mélomane, mère deux grandes filles, épouse d’un photographe, ne regrette qu’une chose : ne pas avoir appris à jouer de l’orgue. Du passé, elle s’attache juste à juger l’efficacité de ses actions. « J’aime partir et me dire que j’ai réalisé des choses concrètes, mêmes petites. Et surtout pérennes. A son palmarès : les jardins de l’X, des réglementations toujours en vigueur ou quelques « bouts de loi de santé ».Toujours un pas devant, elle travaille déjà sur un nouveau chantier pour l’ARS Rhône-Alpes : son rapprochement futur avec la région Auvergne.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide