Fermer la publicité

Véronique Furlan, une vie multiple

Rhône le 30 avril 2015 - S.B. - Économie - article lu 1223 fois

Véronique Furlan, une vie multiple
D.R. - Véronique Furlan rêvait d'être libraire, physicienne ou avocate...

Depuis sept ans, la directrice générale de la SEPR conduit l'association sur la voie du succès, avec énergie et convictions.

Enfant, Véronique Furlan rêvait d’être libraire. Puis d’être physicienne. Et enfin avocate. S’il ne lui reste que sa passion de la lecture, restée intacte, avec une préférence pour le néo-polar et la littérature italienne - une façon de se rapprocher de ses origines paternelles - et une solide formation juridique en droit et langues étrangères appliquées qu’elle a suivi à l’Université de Grenoble, cette façon d’envisager une vie multiple résume bien la femme qu’elle est aujourd’hui. « Quand j’ai commencé le droit, je me suis vite rendue compte que j’avais besoin d’ouverture. Etre trop spécialisée ne me convient pas, explique-t-elle. J’aime la diversité ».

Elle découvre cette pluralité en multipliant les postes dans des entreprises variées. La métallurgie, le tourisme, les activités consulaires. Tous les secteurs intéressent la jeune femme qui occupe des fonctions en lien avec le juridique et les RH. Elle a complété sa formation avec 2 DESS (gestion et RH) à Aix-en-Provence. Une multiplicité qui convient à ses aspirations et au mode de fonctionnement de son couple. « Avec mon mari, nous avons instauré un tour de rôle pour pouvoir évoluer et changer d’activité professionnelle. C’est pourquoi nous avons presque fait le tour de France ». La famille, qui suit une liste de « grandes villes » - dont Lyon fait partie -, ne serait pas contre un retour en Région Rhône-Alpes. Née à Grenoble, Véronique Furlan a passé son enfance à Bourg d’Oisans non loin de sa grand-mère maternelle.

Le hasard du calendrier familial, en sa faveur, coïncide avec un poste à la SEPR : une chance. Son lien avec la formation ? « J’étais à cette époque responsable du Centre de formation de la CCI de Nîmes. Mais j’ai toujours eu de l’intérêt pour la formation, en entreprise, du côté des financeurs. J’ai une vision globale du secteur ». Elle est également séduite par le challenge qu’on lui propose. A son arrivée, la structure (350 salariés, 3 300 apprenants) termine une première grande opération de regroupement de ses sites en un lieu unique. Elle vient d’achever la seconde tranche qui regroupe toutes les activités de la SEPR au sein d’un Campus Pro dans le 3e arrondissement de Lyon. « Il m’a fallut reconstruire l’image de la SEPR pour nos collaborateurs. Cela demande de la patience et du temps ».

Favorable au travail collaboratif, Véronique Furlan estime que c’est avant tout le résultat « d’une équipe, très diverse, où se confrontent souvent les points de vue mais où la confiance, réciproque, fait avancer les projets ». L’histoire, plus que centenaire, de l’association fait écho aux valeurs de la directrice générale. « Notre dimension éducative est importante. Sans opposer économie et social, nous sommes le point de convergence entre des jeunes, qui doivent prendre leur place comme acteurs économiques et citoyens, et des entreprises qui ont besoin de ces professionnels. Ici, nous avons le temps pour cette rencontre ». Elle milite pour que la formation professionnelle ne soit plus montrée du doigt. « Nous menons une politique originale en faveur de la mobilité internationale, nous ne voulons pas que nos jeunes soient exclus du système ».
Consciente du chemin restant à parcourir, « même si l’image de la formation professionnelle évolue dans le bons sens », Véronique Furlan multiplie, sous l’impulsion de son conseil d’administration, les signes forts vers l’extérieur. Un peu à l’image de ces diplômés qui ont parfois exercé des métiers éloignés de leur formation initiale, elle a construit un parcours professionnel hors des sentiers battus. « On ne s’imagine pas toujours combien il faut être costaud. Au fond, sourit-elle, ce qui compte, c’est d’être à l’aise». Et n’exclut pas, un jour lointain, d’ouvrir cette sacrée librairie.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide