Fermer la publicité

Vallée de Gère : la requalification est officiellement lancée

Isère le 02 septembre 2016 - Sevim SONMEZ - Isère rhodanienne

Vallée de Gère : la requalification est officiellement lancée
Sévim Sonmez - Les différents partenaires ont signé le protocole dans les locaux de la DDT à Vienne

Dans la continuité du nouveau contrat de Ville du Pays viennois signé en 2015, ViennAgglo, la Ville de Vienne et Advivo se sont portés candidats au nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) pour le quartier de la Vallée de Gère. Le protocole de préfiguration a été signé le 30 août.

D’une longueur de 3 km, le quartier Vallée de Gère fait la jonction entre le centre-ville et la commune de Pont-Evêque. Un quartier industriel jadis prospère qui s’est paupérisé suite à la fermeture des usines textiles. Un quartier qui représente un défi mais qui recèle de nombreux atouts en termes d’habitat, de patrimoine historique et naturel.

Depuis plusieurs années, ViennAgglo en partenariat avec la Ville de Vienne et le bailleur social Advivo s’est engagée à renforcer l’attractivité de ce quartier en améliorant le bâti, les espaces publics, la mobilité notamment les modes doux sans oublier la sécurité. Une vision du quartier sur 20 ans qui s’est concrétisée par la première étape de contractualisation du projet de renouvellement urbain : la signature du protocole de préfiguration du NPNRU. Le préfet de l’Isère, Lionel Beffre, le président de ViennAgglo, Thierry Kovacs, le directeur régional de la caisse des dépôts et consignations, Gil Vauquelin, le vice-président au conseil départemental de l’Isère, Christian Coigné, la conseillère régionale ARA, Michèle Cédrin ont paraphé le protocole en présence de la sous-préfète de Vienne Florence Gouache.

Le conseil citoyen de la Vallée de Gère a été associé à la requalification du quartier qui s’avère « délicate car la majorité des habitants (à partir de la place de la Fûterie) sont des propriétaires privés qu'il faut engager dans la dynamique de cette requalification », a expliqué Thierry Kovacs. « C’est un quartier d’avenir pour l’ensemble du Pays viennois pour lequel, à terme, nous allons investir plus que pour le Plan des Aures et Malissol réunis (38 M€).» Le coût prévisionnel de ce protocole est estimé à 32 M€. Ce protocole précise l’ambition, le programme d’études et les moyens d’ingénieries et financiers mis en place, l’année 2016 étant consacrée à la réalisation d’études pré-opérationnelles du programme.

« Et la suite ? », questionne le préfet de l’Isère. « Il faut également une ambition de mixité, de vie de quartier animée pour une ville durable et sûre. Cette requalification doit également être un levier pour la création d’emplois pour les entreprises. » La seconde étape se déroulera courant 2017, avec la signature de la convention pluriannuelle de renouvellement urbain 2017-2024.

Sévim Sonmez

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide