Fermer la publicité

Véranne voit venir sereinement

Loire le 30 octobre 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 550 fois

Véranne voit venir sereinement
(D.R.)

Un village qui attire.

Et une nature qui s’étire jusqu’aux crêtes du Pilat sur 1 000 m de dénivelé pour frôler, loin du bourg, le crêt de l’Œillon et une altitude de 1 400 m. Au nord-ouest de cette crête débute « la fin » de Doizieux et de l’agglomération stéphanoise. Mais Véranne regarde plus à l’est, la vallée du Rhône. Sans perdre de vue sa préfecture. « Pour les Stéphanois, ces crêtes sont infranchissables, un peu moins pour nous », rigole Gabriel Roudon. Le nouveau maire, élu en mars dernier, est bien placé pour en parler : il a longtemps effectué les allers retours en tant que président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de la Loire. Pas de quoi effrayer en tout cas les nouveaux venus.
La commune qui fleurtait avec les 1 000 habitants au tout début du XIXe a été saignée par l’exode rural et la Grande Guerre : 590 habitants en 1926. Puis 429 en 1975 avant que ne s’amorce une remontée qui s’emballe depuis la fin des années 2000, les Vérannaires passant de 582 représentants en 1999 à 826 aux dernières nouvelles Insee. Pour le maire, « on est en fait autour de 850. Il y a eu une volonté de développer tout en veillant à construire autour de l’existant.» Au centre-bourg, les murs en pierres apparentes joliment rénovées d’un coquet village contrastent avec les villas modernes. Le Pilat rhodanien, dans son ensemble, gagne des habitants. Mais parmi ses communes, c’est ici que cela va le plus vite. Sans être réellement isolé du monde, Véranne est pourtant à 40 min de Roussillon, 45 de Vienne et à quasi 1 h de Saint-Etienne. « Le site est très attractif, explique le maire, pour son décor, sa nature, ses activités liées et le prix des terrains. Et puis un micro climat grâce à un site en cuvette orientée au sud. »
Pas étonnant alors que les vergers aient ici pris le dessus sur l’élevage. « Quand j’étais enfant, c’était un village rural classique. Cela a commencé à changer par la culture des cerises. Aujourd’hui, ce sont surtout les pommes (une dizaine d’exploitations). Il reste un éleveur. Les autres ont disparu.» Disparue aussi l’activité tissage, celle d’une sous-traitance de soyeux lyonnais dont témoignent encore des toits en chede (dent de scie) sur des bâtiments d’hameaux proches du bourg. Implantés ici pour profiter de la force des ruisseaux (Véranne viendrait de « Veyronna », endroit où l’on trouve de l’eau). Quatre petites usines employèrent jusqu’à plusieurs dizaines de personnes. Leur obsolescence fit évaporer petit à petit des années 50 aux années 90 cette industrie. L’activité se résume aujourd’hui, côté commerces, à deux restaurants, une coiffeuse et un boulanger autodidacte à l’ancienne, plusieurs artisans et une étonnante entreprise spécialiste de l’archivage : C6.
Si le gros projet des années 2000 fut la rénovation et la nouvelle école et même si la salle des fêtes sera à revoir tout comme l’église, le grand projet du mandat révisera un Plu à mettre en conformité avec le Scot des Rives du Rhône. Pas de quoi effrayer la municipalité. Pas plus que le PLH (déterminé en cohérence par l’intercommunalité) qui imposera autour de 5 permis de construire par an. « C’est notre rythme actuel et il nous reste une centaine de parcelles… »

Xavier Alix


-Altitude : 417 à 1 390 m
-Gentilé : Vérannaires
-Intercommunalité : Pilat rhodanien
-Population : 826 (chiffre officiel Insee 2011).
-Surface : 1 596 ha.
-Festivités : Pilatrail de Trois dents du Jogging club le 1er week-end de juin. Un incontournable des rendez-vous ligériens de courses à pieds nature attirant des centaines de personnes sur plusieurs courses au décor magnifique.
-Patrimoine : mentionné par écrit à la fin du Xe siècle, le village compte un château plus récent de 700 ans dit du Buisson, des anciennes usines textiles dans les hameaux et la chapelle Saint-Sabin perchée depuis le XVIIe siècle à 1 128 m. Celle-ci donne lieu à un pèlerinage et deux célébrations (dont une extérieur) à la Pentecôte attirant les foules.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide