Fermer la publicité

Urgences : la Clinique mutualiste pour une nouvelle offre

Loire le 02 septembre 2015 - Denis Meynard - Services - article lu 1083 fois

Urgences : la Clinique mutualiste pour une nouvelle offre
DR (Archives) - La Mutualité de la Loire suggère une organisation en étoile autour du CHU

Le service d'urgences de la clinique mutualiste de Saint-Etienne est sous le seuil de référence des 10 000 patients par an.

La publication, lundi par Le Figaro, d’une liste de 67 services d’urgence « menacés de disparition » n’est pas passée inaperçue dans la Loire. Car celui de la clinique mutualiste de Saint-Étienne y figure, ne comptant que 8 000 passages par an alors que le seuil préconisé dans un rapport remis à la ministre de la Santé est d’un minimum de 10 000. Marisol Touraine indique dans un communiqué que la liste publiée « résulte seulement d’une extrapolation et d’une lecture partielle et erronée des conclusions de ce rapport ». Interrogé par les représentants du personnel, Jean-Paul Ray, leur a répondu que son établissement souhaite poursuivre l’accueil des patients sur des urgences ciblées, notamment adressées par les médecins traitants.

Le directeur de la Mutualité de la Loire, Rémi Bouvier, souligne la « nécessité d’une vraie réflexion sur l’organisation des urgences, actuellement encombrées par de la médecine de ville ». Il estime que « la concentration n’est pas la solution à tout, aussi bien en termes de qualité du service que d’économie ». Ajoutant que, selon lui, « on compte assez de médecins urgentistes, mais que le système est dévoyé par des établissements qui se servent de ce service pour capter des patients ».

Concernant la clinique mutualiste, qui ne compte que des lits de chirurgie (et pas de médecine) et qui a depuis des années fait le choix de fermer les urgences de nuit (entre 20 h et 8 h), il suggère « le maintien d’un service de jour qui fonctionnerait dans le cadre d’une organisation en étoile autour du CHU de Saint-Étienne », dont il serait un des satellites. Une proposition dans le sens a été faite à l’Agence régionale de santé.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide