Fermer la publicité

Université Catholique de Lyon : cap au sud

Rhône le 30 octobre 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 2061 fois

Université Catholique de Lyon : cap au sud
La reconversion de la prison Saint-Paul : un chantier colossal (D.R.)

Université spécialisée dans des formations et des recherches qui croisent compétences scientifiques et humanisme, l’Université catholique de Lyon est axée autour de cinq pôles facultaires : la philosophie et les sciences humaines, les lettres et les langues, le droit et les sciences économiques et sociales, les sciences et la théologie, au sein de 51 parcours de licences, masters et doctorats.

Elle intègre aussi l’ESDES, son école de management.
Elle franchit cette année le cap historique des 10 000 étudiants et auditeurs, ce qui représente une progression de 4,5 % par rapport à la rentrée 2013. Au-delà des chiffres, Thierry Magnin, le recteur de l’UCLy insiste sur l’accompagnement personnel des étudiants au sein de son université. « Ce qui nous tient à cœur, c’est de garder une taille humaine, au maximum 12 000 étudiants. L’intelligence au service de l’homme est la devise de notre université et nous croyons profondément au croisement du catholicisme social, du développement économique, de l’humanisme, du management, de la philosophie et des sciences. »
Parmi les nouvelles formations, la licence en sciences de la vie propose une réflexion sur les parcours de bioéthique et l’identité humaine tandis que le diplôme universitaire « philosophie de l’ostéopathie » permet à des professionnels et à des enseignants en ostéopathie de développer une capacité d’observation et de communication sur leurs pratiques.
Le diplôme universitaire « le handicap dans l’accès au droit », dédié aux problématiques induites par les nouvelles exigences liées au handicap, se déroule en partenariat avec l’école des avocats de Rhône-Alpes. « Il faut susciter les liens entre recherche et professionnalisation et la mise en commun de parcours reconnus avec les écoles et les universités publiques », ajoute Thierry Magnin qui se prépare à un déménagement de grande envergure.
En 2009, lorsque les prisons Saint-Paul et Saint-Joseph déménagent à Corbas, la reconversion du site est au cœur des discussions. Diverses associations de quartier s’opposent à sa démolition car les prisons constituent une partie de l’histoire patrimoniale de la ville. L’UCLy, qui cherche alors à réimplanter ses locaux de Bellecour devenus trop exigus, décide de racheter ces lieux d’enfermement et de les transformer en un espace de liberté.
Ce projet colossal est confié au cabinet d’architectes Garbit et Blondeau et prévoit la conservation de 40 % du patrimoine. « Il s’agit d’un vrai défi à réaliser en un délai très court de trente mois, avec de nombreuses difficultés pour renforcer toutes les structures, soutenir les murs d’enceinte, améliorer l’étanchéité, désamianter, avec toute la complexité des lieux que cela implique », explique Jean-Pierre Blondeau. Ainsi, la panoptique en forme d’étoile, constituée de la rotonde principale et de cinq des six ailes de l’ancienne prison, a été conservée. Une passerelle entièrement vitrée et couverte remplace désormais la sixième branche, créant ce lien entre le passé et l’avenir, vers de nouveaux bâtiments.
Au total, 36 000 m2 se répartiront entre 70 salles de cours, 19 amphithéâtres, une bibliothèque de 2 500 m2, une cafétéria et une salle de sport de 600 m2 située au sixième et dernier étage avec une vue dégagée sur la ville. Sans oublier les bâtiments administratifs, la salle du conseil, l’espace rectoral et la chapelle qui intègreront la partie ancienne rénovée.
Toits végétalisés, éclairage par Leds, bâtiments chauffés et rafraîchis par une pompe à chaleur, isolation extérieure : tout est conçu dans une démarche environnementale. Le montant des travaux s’élève à 55 M€ et le coût total de l’investissement est estimé à 82 M€. Le chantier, démarré en novembre 2012, s’achèvera au printemps 2015. La prochaine rentrée universitaire accueillera, sur ce lieu chargé d’histoire, les étudiants de l’ESDES, des pôles droit, sciences économiques et sociales, et sciences.

A. G.-P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide