Fermer la publicité

Une roseraie de près de 200 ans à Bourg-Argental

Loire le 27 mai 2015 - Emilie Massard - Sciences, Santé, Environnement - article lu 530 fois

Une roseraie de près de 200 ans à Bourg-Argental
Roseraie Paul-Croix - Plus de 20 000 rosiers sont à découvrir à Bourg-Argental

Installées à Bourg-Argental depuis 1819, les pépinières et roseraies Paul-Croix sont l'un des fleurons de l'histoire de la rose dans la région. C'est aussi la saga d'une famille passionnée par la culture de la rose qui a su évoluer et utiliser son savoir-faire pour innover sans cesse.

Dominique Croix est intarissable lorsque l’on évoque son métier et sa passion. Il faut dire que l’héritage familial est important pour elle. Un grand-père pépiniériste, qui a travaillé au parc de la Tête d’Or à Lyon, un autre directeur des jardins de la Ville de Saint-Etienne pendant de nombreuses années, un père qui a initié la création de nouvelles espèces dans la pépinière qui porte désormais son nom : Dominique a baigné dans la culture de roses et de végétaux depuis sa plus tendre enfance.

C’est elle qui aujourd’hui, avec son mari Jacques Ranchon, dirige la pépinière Paul-Croix et poursuit le travail entamé par ses aïeuls. « A partir de 1956, mon père Paul Croix a crée plus de 200 variétés de roses, et marqué les esprits notamment avec la rose "Sourire d’orchidée", connue mondialement. Avec mon mari, nous poursuivons ce travail d’obtenteurs, notre conservatoire rassemble aujourd’hui plus de 20 000 rosiers, et on compte 450 espèces dans notre collection de roses anciennes. »

Parmi les dernières créations, on peut citer une rose créée par Jacques Ranchon en hommage au pape François, qui a d’ailleurs été validée par le Saint-Siège et dont 50 pieds sont partis vivre au Vatican et à Castel Gandolfo, la résidence d’été du pape. « C’est un rosier blanc, grimpant et arbustif, décrit Dominique Croix. Il faut entre 7 et 10 ans pour créer une rose. »

Labellisé Jardin Remarquable, le domaine de 5 he entretenu par Dominique et Jacques comprend différentes scènes de jardins destinées à mettre en valeur les rosiers, mais aussi les collections de végétaux rares, de conifères, d’azalées, d’étables japonais, de magnolias ou de cèdres du Liban. Dans le cadre du congrès mondial, la pépinière Paul-Croix recevra une délégation de près de 200 congressistes pour leur faire découvrir les jardins et le travail de création et d’hybridation.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide