Fermer la publicité

Une plateforme de crowdfunding stéphanoise cible la famille

Loire le 19 mai 2015 - Emilie Massard - Tech et Médias - article lu 130 fois

Une plateforme de crowdfunding stéphanoise cible la famille
Capture d'écran - Farandol.com vise un public particulier avec sa thématique spécifique

Si le plateformes de crowdfunding se multiplient, elles ont aussi de plus en plus tendance à se spécialiser dans un domaine. C'est le cas de farandol.com, une plateforme spécialisée sur le thème de l'enfance et de la famille créée par une stéphanoise, Marion Poujols.

Pour une association, une entreprise, un particulier, le financement participatif est aujourd’hui une méthode intéressante pour monter un projet. Mais devant le succès du phénomène, pas toujours facile de s’y retrouver. C’est en partant de ce constat que Marion Poujols a décidé de créer sa propre plateforme. « Les plateformes généralistes ont beaucoup de succès, elles en sont même parfois un peu victimes, les projets sont noyés dans la masse », explique-t-elle.

Après avoir travaillé plusieurs années à Paris, la jeune stéphanoise est revenue sur ses terres d’origine avec sa famille, et c’est après être devenue maman qu’elle a envisagé l’idée de créer une plateforme de crowdfunding dédiée à l’enfance et à la famille. « Je m’intéressais au sujet depuis un moment et j’avais envie de me lancer dans un projet d’entreprise. J’ai constaté qu’il y avait beaucoup d’acteurs dans ce domaine, avec une vraie communauté de parents qui sont très connectés. Avec une plateforme thématisée, on devrait toucher plus facilement le public visé et donner aux projets une visibilité plus importante. »

C’est ainsi que farandol.com est né. D’ores et déjà le site Internet est en fonctionnement, et un premier projet a été lancé, en attendant quelques autres qui devraient être mis en ligne dans les semaines à venir. Ce premier projet concerne la création d’un site d’annonces pour la vente de vêtements pour enfants. « On accompagne les porteurs de projet dans leur démarche, surtout pour la préparation de la campagne : travailler la préparation, la communication, les contreparties, viser la somme adéquate, etc. C’est important pour maximiser les chances de réussite de la collecte». Pour la jeune dirigeante, la communication est en effet essentielle pour lancer une campagne de crowdfunding. « Statistiquement, il y a 3 cercles de contributeurs qui participent à un projet, et qui arrivent l’un après l’autre. L’entourage du porteur de projet, son réseau professionnel, associatif ou local, puis le grand public. Si on ne touche pas le premier cercle, le reste ne suit généralement pas. »

La plateforme se rémunère grâce à des commissions prises sur les collectes réussies, dont le pourcentage dépend de la somme demandée. Pour Marion Poujols, pas d’objectif chiffré pour l’instant. La jeune femme a conservé une activité parallèle et n’a pas pour projet immédiat de faire du site son activité principale. « Je le vois plus comme un engagement associatif pour le moment. »

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide