Fermer la publicité

Une Petite Mousse : des bières du monde à portée de box

Isère le 21 juillet 2015 - Laurent Marchandiau - Économie - article lu 1033 fois

Une Petite Mousse : des bières du monde à portée de box
DR - De gauche à droite, Jonathan Bonzy et Manuel Ducruet, les fondateurs d'Une Petite Mousse.

Ah la chaleur estivale associée à la fraicheur d'une bonne bière Un plaisir gustatif qu'Une Petite Mousse propose. Surfant sur la vague des box (Wonderbox, Smartbox, etc), la startup grenobloise offre tous les mois à ses abonnées une sélection de six bières ainsi qu'un livret explicatif riche en anecdotes et conseils de dégustation. De quoi ravir le palais des amateurs du breuvage le plus populaire au monde. Entretien avec Jonathan Bonzy, cofondateur et président.

Comment est né votre concept ?

C’est l’histoire de deux amis, Manuel Ducruet et moi-même. Chaque mois, nous nous rendions chez un caviste afin de déguster et sélectionner quelques bières. Lorsque les box du type Smartbox, Wonderbox, ont connu un véritable essor sur le Web, nous avons décidé de lancer notre propre produit, un coffret de dégustation de bière de qualité commercialisé en ligne. Au démarrage, notre site ne se composait que d’un simple bouton PayPal et d’une sélection de cinq bières. Nous avons testé notre concept sur un panel d’une cinquantaine de personnes en commercialisant 24 coffrets… écoulés en trois jours seulement ! Ce fut le déclic. Une Petite Mousse venait de naître ! Les statuts ont été déposés le 24 mai 2013.

En quoi consiste votre offre ?

Un coffret de dégustation de six bières haut de gamme - quatre bières du monde et deux artisanales - associé à un guide présentant les bières du mois offrant des conseils sur l’ordre de dégustation et des anecdotes. Les bières artisanales permettent de créer un petit effet « surprise », un goût différent de ceux des bières du monde. Notre offre est exclusivement en ligne. Nos clients s’abonnent pour une durée variable allant d’un mois, reconductible ou non, à trois ou six mois. Nous adressons la France entière, Paris représentant 20 % de nos ventes, Lyon entre 5 et 10 % et Grenoble moins de 5 %. Deux périodes sont très significatives pour notre activité, celles de Noël - en décembre 2014, un coffret était vendu toutes les 10 min – et la fête des pères !

De quelle manière avez-vous financé votre entreprise ?

Nous nous sommes autofinancés entièrement. Lorsque les clients achetaient, nous réinvestissions la somme pour acquérir de nouvelles bières. Au fil du temps, nous avons gagné en notoriété et en clients ! Aujourd’hui, nous avons plus de 12 000 abonnés. La logistique des débuts n’était plus la même. Plus nous grandissions, plus les chances de passer à côté de bières de qualité étaient importantes. De ce fait, nous avons effectué une levée de fonds en mai 2014 de 200 000 € dont la moitié est encore disponible afin de garantir le flux d’autofinancement et de tester les crus IPA (Indian Pale Ale.)

Proposer chaque mois, six bières différentes de qualité, est un véritable challenge. Comment les sélectionnez-vous ?

Manuel Durcuet, mon associé et expert en bières, sélectionne les produits à travers une base de plus de 5 000 références toutes déjà notés en particulier par les communautés anglophones. Pour les bières artisanales, il faut savoir qu’en mai 2013, il y avait 500 micro-brasseurs en France, 690 maintenant, ce qui nous laisse l’embarras du choix ! Nos abonnés nous font également des retours ce qui permet de créer un algorithme afin de modéliser leurs goûts et de pouvoir anticiper leur demande.

Comment commercialisez-vous vos box ?

Nos coffrets sont uniquement vendus en ligne par l’intermédiaire de notre site web. Il faut savoir qu’un coffret pèse entre 4 et 5 kg, d’où des frais de port relativement élevés. De ce fait, nous avons mis en place des comptoirs à Paris, Lyon, Grenoble et Toulouse. Leurs particularités ? Ce sont nos abonnés qui nous indiquent les lieux propices à leurs installations. Quand ça se fait, celui qui a repéré le lieu reçoit un abonnement à nos services à vie !

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

Perspectives en cascade

Avec 12 000 abonnés actuellement, Une Petite Mousse vise les 10 000 coffrets vendus d’ici la fin 2015 pour un CA de 1 M€ (350 00 € en 2014.) La start-up a amorcé un programme de R&D afin d’analyser les composants chimiques des bières pour mieux cerner et anticiper les demandes futures des clients. Située à Grand Place pour ses bureau, la partie logistique aujourd’hui à Grenoble déménagera pour Saint-Egrève d’ici fin août avec comme perspective d’aller s’implanter sur le parc logistique du Nord Isère à l’horizon 2016. D’ici la fin de l’année, Une Petite Mousse déploiera son offre en Belgique, Italie et en Espagne avant l’Angleterre en 2016 et les États-Unis-Canada en 2017. Comptant 4 personnes, l’entreprise en recrutera trois autres cette année et doublera ses effectifs l’an prochain.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide