Fermer la publicité

Une nouvelle marque pour Mademoiselle Dessert à Renaison

Loire le 20 avril 2017 - Aline Vincent - Économie

Une nouvelle marque pour Mademoiselle Dessert à Renaison
Aline Vincent

Le spécialiste des desserts surgelés réunissait il y a un an ses différentes filiales sous la même appellation, Mademoiselle Dessert. Il lance aujourd'hui la marque de desserts individuels « Oh Oui ! ». 

En 2016, l’Européenne des desserts réunissait ses filiales sous la même entité « Mademoiselle Dessert ». Une stratégie de lisibilité annonçant le développement de nouveaux produits, comme de l’export qui représentait alors 25 % du chiffre d'affaires. Un an plus tard, le groupe agroalimentaire, qui pèse 85 % du marché de l’offre pâtissière surgelée, est passé à l’acte. Il cible majoritairement la GMS, mais aussi la restauration et les boulangeries. Il lance aujourd’hui sa nouvelle marque baptisée « Oh Oui ! ». Des pâtisseries individuelles pour les rayons snacking. « Ce segment a un fort potentiel de développement », commente Barbara Bosquette, responsable communication du groupe. L’Européenne des desserts a parallèlement accéléré sa stratégie de croissance externe. Coutumière des rapprochements, à raison d’un par an en moyenne, le rythme s’est accéléré au cours du dernier trimestre 2016, mais à l’étranger cette-fois-ci. Le  groupe a été rejoint en septembre par le hollandais Quality pastries (60 salariés) et en décembre par l’anglais, Ministry of cake (400 salariés). Le fabricant hollandais est le spécialiste du mille-feuilles surgelés, quand à la société britannique, ses deux sites industriels s’additionneront aux deux que possède déjà l’Européenne des desserts, en Grande-Bretagne.

Le chiffre d’affaires de Renaison en progression constante

Des synergies commerciales sont mises en place entre les unités du groupe. Suite à ces acquisitions, le chiffre d’affaires consolidé pèse désormais 210 M€ pour 1 400 salariés répartis entre neuf sites, tandis que la part réalisée à l'export est passée à 45 %. « Ces opportunités sont l’occasion d’élargir notre offre de produits », explique Pascal Robert, directeur de l’usine de Renaison, près de Roanne. Sur un marché de la pâtisserie qui se restreint, le chiffre d’affaires de Renaison est passé de 11,5 M€ en 2015 à 13,6 M€ en 2016. « Il sera d’environ 14,5 M€ cette année », précise le directeur. Renaison bénéficie annuellement de 4 à 500 000 € d’investissements pour améliorer les capacités de l'outil de production. En septembre 2016, Pascal Robert avait annoncé l’embauche de 8 à 10 personnes supplémentaires, « mais les recrutements se poursuivent et seront plutôt de l’ordre de 15 personnes ».

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide