Fermer la publicité

Une nouvelle lumière jazzy traverse l'Hôpital

Isère le 16 décembre 2016 - Gaëlle BARDIN - Expositions - article lu 16 fois

Une nouvelle lumière jazzy traverse l'Hôpital

Des tableaux d'1 mètre carré brossés par les mains de 16 peintres le temps d'un concert d'une heure sur la scène de Cybèle à l'heure du festival du Jazz à Vienne... Voilà encore cette année, du 16 décembre au 7 janvier, un événement qui résonnera tout l' hiver au travers de l'exposition intitulée «  les Improvisations Picturales du Jazz 2016 ».

Grâce au partenariat contracté  depuis 6 ans avec  l'Hôpital de Vienne, l'exposition organisée pour la  3è année par  Solosary s'invite sur les vitres du Hall d'entrée où patients et passants peuvent  les admirer.

Un partenariat dont se félicite le directeur de l'hôpital, Florent Chambaz : «  Ce lieu est avant tout un espace d'échanges et de culture, une valeur qu'il nous importe de défendre dans la structure », confiait-il  aux représentants de Solosary et de la municipalité.

Avec 16 toiles dont 3 ont déjà été vendues, toujours aussi surprenantes et différentes des 12 années précédentes, cette édition est placée sous le signe de la vivacité et de la diversité picturale. Toujours des thèmes récurrents comme la représentation de l'arbre de Cybèle à coté duquel les peintres sont postés , et une large évocation de la musique à travers les instruments mais aussi dans le style et la mise en scène . Un bouquet de couleurs musicales que le pinceau fait renaître en projetant l' émotion ressentie sur la toile.  Sans oublier les tableaux qui semblent se  libérer de toute chaîne pour flirter avec le symbolisme ou plonger dans l'onirisme... Autant de toiles à contempler pour faire resurgir  l’atmosphère enivrante du Jazz à Vienne.


Les Impros Picturales seront décrochées le 8 janvier pour aller s'exposer à la galerie Test du Bailler. Puis, en mars, pour la première fois, elles traverseront le Rhône pour s'inviter dans la galerie « Le Bois qui chante » de Condrieu. De quoi en prendre encore plein les yeux.

Gaëlle Bardin

Hall de l'Hôpital de Vienne, jusqu'au 7 janvier 2017



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide