Fermer la publicité

Un troc panache qui paie

Loire le 03 janvier 2014 - La Rédaction - Sports - article lu 290 fois

Les orphelins d’« Aubame » sont peut-être moins flamboyants qu’en 2012/13.

A l’image de cette victoire contre de solides nantais, il est vrai, tout de même 5es au coup d’envoi et obtenue sur une pelouse à faire paniquer un jardinier polonais dans un hiver des années 90. Certes, leur jeu a moins la classe, les hommes de Galtier mais il est sans doute un poil plus réaliste. Un poil qui vaut trois points de plus par rapport à la mi temps de 2012/13, voire 6 si le rattrapage contre Evian s’avère gagnant. 30 points à la trêve avec un match en retard : à ce rythme, on est quasi heureux d’avoir troqué un peu de panache pour plus d’efficacité à la tâche. Seul le déroulé des opérations 2014 permettra de dire si au final ce fut une bonne chose mais on est en droit de s’interroger : en ayant perdu du spectaculaire, du glamour, n’a-t-on pas finalement droit à un collectif mieux huilé ? Pas un joueur en lutte pour un podium de meilleur buteur de L1 mais par contre deux à 5 et un à 6 buts. Pour une attaque à 27 réalisations contre 24 l’an passé où les Verts comptaient un meilleur buteur - Aubameyang - nettement au dessus de la mêlée avec 8 conclusions, un tiers des buts de son équipe. Son trou d’air de 13 matchs sans marquer, de fin novembre à début janvier, s’était confondu avec celui de son équipe au même moment. Comme l’Histoire l’a montré - notamment Lyon dans les années 2000 -, pas forcément besoin d’un très grand buteur pour avoir une grande équipe. Maintenant, attention aux statistiques ! Peu rappellent que les Verts de cette année égalisent ou sont à peine au-dessus de ce qu’ils avaient obtenu à la trêve en 2005/06 et 2010/11 : 29 points (pour une 13e et 10e places finales) et en 2006/07 et 2011/12 : 30 points (11e et 7e places au final)…



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide