Fermer la publicité

Un restaurant neuf sur le site des barrages de Renaison

Loire le 17 juillet 2015 - Louis Pralus - Roannais - article lu 872 fois

Un restaurant neuf sur le site des barrages de Renaison

La Roannaise de l'eau a donné une nouvelle touche de neuf au site (de quelque 120 ans) des barrages de Renaison : la construction d'un restaurant.

Au pied des sapins et du barrage du Chartrain tout est neuf : nouvelle usine d'eau, ancienne usine réhabilitée, aire de jeux avec snack et poneys et dernier né, le restaurant la Roc'O Berge. Tout de bois et de verre, construit sur l'ancienne réserve d'eau. En forme de rotonde avec terrasse dominant le site et se prolongeant jusqu'au-dessus du cours d'eau.

Les gérants sont les propriétaires de deux restaurants en zone industrielle de Perreux, Jérôme et Mélanie Sadot. Dans ce cadre on ne peut plus près de la nature, ils proposent des formules à prix très accessibles. Il est possible aussi pour 10 € d'emporter son panier pique-nique avec boisson.
En juillet et août le restaurant sera ouvert tous les jours. D'une capacité d'accueil de 30 couverts à l'intérieur et 50 à 60 à l'extérieur, il a permis la création de six emplois, dont cinq nouveaux. Les travaux, menés en 4 mois, sous la direction de l'architecte Atelier Luc Lefevre de Roanne, ont coûté 183 778  € HT.

L'ancien restaurant sera démoli en octobre, cependant une partie de ses  pierres sera préservée, à la demande de l'architecte en chef des monuments historiques, et elles serviront à construire un belvédère point de vue sur le barrage du Rouchain et le parc de loisirs. Le montant des travaux est estimé à 90 000 € HT. Autre rescapé de l'ancien restaurant, le piano qui a repris ses fonctions à la Roc'O Berge.

La nature est à l'honneur d'un bout à l'autre du site : la nouvelle usine d'eau à ossature bois bénéficie de murs végétalisés. Un parcours pédagogique sera installé sur la passerelle tout autour. La maison de l'eau est une autre découverte, ouverte de juillet à septembre, tous les jours, y compris jours fériés.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide