Fermer la publicité

Festival : Un quart de siècle pour les Oreilles en pointe

Loire le 26 octobre 2015 - Daniel Brignon - Musique - article lu 198 fois

Festival : Un quart de siècle pour les Oreilles en pointe
Nadya Kwandibens RedWorks Studio - L'Amérique des autochtones sera bien représentée. Telle Pura Fé

Le festival des Oreilles en pointe imaginé par Alain Rocher pour mettre en lumière la jeune chanson francophone, a voyagé en 25 ans de Saint-Priest-en-Jarez à Andrézieux-Bouthéon, pour se fixer durablement dans la vallée de l'Ondaine. Le Sivo, Syndicat intercommunal de la vallée de l'Ondaine, en a fait l‘événement culturel fédérateur de son territoire.

Les Oreilles en pointe irriguent la vallée de découvertes qu’Alain Rocher est allé dénicher en France mais aussi beaucoup outre-Atlantique où l’artiste se produit régulièrement.
Des liens se sont tissés avec l’Amérique du nord et Alain Rocher ramène dans ses valises cette année un groupe d’artistes de l’Ontario, Le Cercle métissé, aux racines de la culture des peuples autochtone indiens d’Amérique que le groupe continue à faire vivre au présent.

Le Cercle métissé invité en séjour dans l’Ondaine introduira les soirées du festival, d’intervention musicales ou contées, il anime un stage jeune fin octobre avant le festival où il est programmé dans une soirée spécifiquement orientée sur la culture autochtone d’Amérique, avec Pura Fé, artiste engagée, héritière de la nation Tuscarora, à la voix réputée exceptionnelle dans la richesse de ses harmonies. Ce sera la deuxième soirée, samedi 7 novembre au Quarto à Unieux.

Le festival attaquera fort avec une première soirée, vendredi 6 novembre au Firmament à Firminy, assurée par une tête d’affiche : Stephan Eicher, qui revisite son répertoire de chansons reprises par un orchestre d’automates, instruments mécaniques acoustiques, qu’il fait interagir. En première partie, la jeune artiste acadienne montante à la voix chaude et puissante : Caroline Savoie.

Dimanche 8 novembre, salle Exbrayat à Planfoy, le festival promet un après-midi festif avec Jules et le vilain orchestra, cinq musiciens déjantés prêts à mettre le feu.

La soirée Ondaine en pointe, dédiée aux partenaires du festival, mercredi 11 novembre à la Forge au Chambon-Feugerolles, accueillera une découverte en France : Las hermanas Caronni, duo de musiciennes - clarinette et violoncelle - qui chantent le tango d’Argentine, leur terre natale, mais au-delà, des rythmes du monde, osant mélanger l’héritage musical cubain au Boléro de Ravel. En deuxième partie, la chanteuse et actrice marocaine Hindi Zahra, aux racines berbères mais pas seulement, aime-t-elle à dire, aussi « de ces racines qu’on se crée au fil des rencontres, de tous les ailleurs qu’on porte en soi ».

Autre découverte du festival, le duo italien Ilaria Graziano et Francesco Forni, qui chantent en italien, français, anglais, un folk-blues aux accents de dolce vita. Il seront en première partie de la soirée de jeudi 12 novembre à l’Opsis à Roche-la-Molière, qui accueillera La tribu des femmes, un projet suscité par Denis Péan, fondateur et chanteur de Lo’Jo, qu’il décrit ainsi : « Sept chanteuses-musiciennes pour des transes chorales ; les cordes seront endimanchées de valses dévêtues au diapason d’un orchestre sans sextant ».

L’Opsis toujours verra le lendemain, vendredi 13 novembre, le retour du groupe mythique Les Innocents avec un nouvel album Mandarine. En première partie : Louis Ville, poète du monde.

Samedi 14 novembre à la Forge, tonalité rap avec Bigflo &Oli, le duo toulousain du renouveau du rap français, précédé de Samian, rappeur métis d’une petite communauté autochtone du Québec. Ce n’est pas tout, cette longue soirée sera ouverte par quatre groupes locaux successivement en scène.

Toulouse con tour, un trio formé de trois copains, Art Mengo, Magyd Cherfi et Yvan Cujious s’amuse de la chanson toulousaine de Nougaro à Pierre Perret, jeudi 19 novembre au Quarto, dans une soirée ouverte par une nouvelle découverte : Baptiste Pison, jeune auteur et compositeur cévenol.

Couleur orientale et world, le concert au Fil vendredi 20 novembre, avec Orange Blossom précédé du Mazalda.

Pour la clôture du festival, samedi 21 novembre à Fraisses : Kent, dans le tour de chant de ses trente ans de scène dans un format duo : piano et voix. En première partie : Jordan Officer, encore un canadien, pour les adeptes de blues et de belles guitares.

Daniel Brignon

Les plus du festival

Les stages : stage jeune du 28 au 30 octobre avec Le Cercle métissé ; stage adulte mercredi 11 novembre de 10 h à 18 h, à L’Autre lieu à la Ricamarie, avec Denis Péan et deux musiciennes de La Tribu des femmes. Inscription au 04 77 10 90 95.

Le prix des Oreilles en pointe : un prix, l’Oreille est attribué à la révélation des découvertes de l‘année par un jury d’une dizaine de spectateurs.

Des concerts gratuits, auprès du public laissé en marge, dans les médiathèques et maisons de retraite. Caroline Savoie se rendra-elle ainsi le 3 novembre à la médiathèque de Monistrol-sur-Loire et le 4 novembre dans des résidences d’Unieux et du Chambon-Feugerolles.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide