Fermer la publicité

Un nouvel outil innovant pour prévenir les inondations

Loire le 08 septembre 2015 - Marine Graille - Société - article lu 164 fois

Un nouvel outil innovant pour prévenir les inondations
VSE/SEM/Sonia Barcet - 64 capteurs de suivi permettent de récolter 1 million de données pour suivre les niveaux d'eau

Prévenir les inondations et protéger le milieu naturel, voici l'enjeu du nouveau système Influx, proposé par la Stéphanoise des eaux. L'outil innovant a d'ailleurs déjà fait ses preuves depuis sa mise en place il y a quelques mois.

Les inondations de la rue Bergson en 2014 restent dans les mémoires. Un événement qui avait amené à repenser le système de prévention des inondations sur l’agglomération stéphanoise. L’objectif : disposer d’un outil efficace permettant de gérer en temps réel les réseaux d’assainissement, de lutter contre les pollutions pluviales et de garantir la sécurité des populations notamment lors de forts orages.

La Stéphanoise des eaux, filiale de Suez qui gère les services publics de distribution d’eau potable et d’assainissement, propose depuis quelques mois un nouveau système qui n’a jusque là été mis place qu’à Bordeaux et sur la région parisienne. Influx permet de gérer en temps réel mais aussi de manière prévisionnelle le réseau d’assainissement de la ville de Saint-Etienne. De manière très technique, Influx collecte et analyse 1 million de données, grâce à 64 capteurs de suivi permanent des niveaux d’eau et la prise en compte des éléments météorologiques (intensité, durée, vitesse) avant leur arrivée. 7 vannes motorisées, supervisées à distance, permettent de stocker les eaux pluviales dans le réseau ou de les délester dans le milieu naturel.

A peine installé, Influx a déjà pu faire ses preuves juste avant le début de l’été. « Nous avons constaté concrètement l’efficacité le 7 juin dernier lorsqu’un événement pluvieux de très grande importance s’est abattu sur Saint-Étienne. Nous avons pu l’anticiper, en envoyant le maximum de pollution vers la station d’épuration Furania et délester le collecteur de Bergson », s’est félicité le président de Saint-Etienne Métropole, G. Perdriau.

800 000 € ont été investis dans la mise en place de ce système innovant et dans la formation de l’équipe pluridisciplinaire chargée de recueillir les données.    

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide