Fermer la publicité

Un nouveau souffle pour Globule rouge

Loire le 22 septembre 2015 - Marine Graille - Tech et Médias - article lu 309 fois

Un nouveau souffle pour Globule rouge
Jérôme Bernard Abou - L'équipe de l'agence Globule rouge

Créee il y a 6 ans à Saint-Etienne, l'agence de communication Globule rouge a connu ces derniers mois une actualité chargée. La structure compte bien se développer grâce à sa récente ouverture du capital.

2015 a été une année chargée pour l’agence stéphanoise de communication Globule rouge. Fondée en 2009 par Sébastien Desiage, Globule rouge, qui compte aujourd’hui environ 150 clients, a marqué une étape importante dans son développement en juillet dernier, en procédant à l’ouverture de son capital qui est alors passé de 65 000 € à 150 250 €. « Grâce à cela 90 % de nos salariés sont alors devenus actionnaires », précise Stéphane Mialon, directeur associé de Globule rouge.

En ouvrant le capital à des investisseurs, l’entreprise stéphanoise a alors pu prendre une nouveau virage dans son développement. « Il fallait chercher d’autres marchés et nous développer sur d’autres secteurs géographiques et notamment se renforcer sur Lyon. » Dans un premier temps, S. Desiage et son équipe décident de créer une agence sur Strasbourg. Le choix de la ville alsacienne n’a pas vraiment été stratégique mais a plutôt été une opportunité qui s’est présentée aux gérants même si S. Mialon assure que « le marché alsacien a une forte valeur ajoutée ».

Globule rouge ne compte pas s’arrêter là et prévoit courant 2016, l’ouverture d’un local dans la région lyonnaise et qui serait essentiellement commercial. Toute la partie création et technique restera maintenue dans l’agence stéphanoise située place de l’Hôtel de ville. Globule rouge ne compte pour l’instant pas créer de postes dans ces bureaux lyonnais. « Avant d’embaucher, nous souhaitons avant tout consolider et pérenniser notre activité sur Saint-Étienne et maintenant sur Strasbourg », confie Stéphane Mialon. Grâce à ces développements, Globule rouge ambitionne d’atteindre d’ici 2018 les 2 M€ de chiffre d’affaires (701 500 € en 2014).

Marine Graille

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide