Fermer la publicité

Un make-up à 520 000 € pour la patinoire de Grenoble

Isère le 28 août 2015 - Laurent Marchandiau - Région grenobloise - article lu 419 fois

Un make-up à 520 000 € pour la patinoire de Grenoble
Laurent Marchandiau - Les travaux de rénovation de la patinoire devraient être achevés d'ici le 28 août.

Cure de jouvence pour la patinoire de Grenoble. A la suite des dégâts sur la toiture occasionnés par une violente bourrasque en date du 23 décembre 2013, l'équipement sportif a bénéficié cet été d'importants travaux tant au niveau de son isolation que dans l'accueil des publics.

En travaux depuis le début du mois de juin, la patinoire de Grenoble s’offre une nouvelle jeunesse. Et pour cause ! La violente bourrasque du 23 décembre 2013 avait mis à mal la toiture de l’équipement sportif géré par Grenoble Alpes Métropole (Metro).

Des aléas climatiques non expliqués

Fin 2013, de violents coups vents endommagent une partie de la toiture, « la casquette. » Près de 300 m² de bardage métallique sont alors repliés sur le toit, l’isolation étant en partie emportée. La structure est fermée pendant deux semaines aux publics afin de dresser le bilan des dégâts et de faire intervenir les experts de l’assurance. « Le vent a accroché la façade sud de la casquette occasionnant des défauts d’isolation et d’étanchéité notamment aux abords de la petite piste tout en déformant une partie de la toiture », souligne Claus Habfast, vice-président de la Metro délégué à la Recherche, à l'Enseignement supérieur, à l'Europe et aux Équipements communautaires. De ces 15 années d’exploitation, jamais un tel événement ne s’était produit. « Lors de sa construction, toutes les normes ont été respectées. Nous ne savons pas pourquoi « la casquette » a été mise à mal ce jour-là. Des arbres qui existaient au moment de sa construction et qui sont en moins grands nombres, la présence du centre commercial Grand Place créant un effet canyon a peut-être joué un rôle, mais aucune étude ne nous a permis d’expliquer clairement les circonstances de cet incident », explique l’un des responsables de la Metro. Des dégâts minimes malgré tout puisque l’équipement a été réouvert rapidement à la mi-janvier 2014 n’entamant pas le bon déroulement de la saison malgré des rythmes d’entrainement revus à la baisse.

Une toiture et une isolation renforcée

Début juin, les travaux nécessaires à la rénovation de a toiture ont pu commencer. Une enveloppe de 430 000 € HT a été débloquée afin de reprendre la casquette et la renforcer tout en ajoutant une meilleure isolation. « Nous en avons profité pour refaire l’isolant en mettant en place un matériau réfléchissant remplaçant la couche bitumée que l’on retrouve généralement sur ce type d’équipement », explique l’un des responsables de la Metro. Ce matériau encore peu utilisé sur ce genre de structure permet de renvoyer une grande partie des rayons du soleil et des UV au lieu de les absorber offrant ainsi une réduction de l’apport thermique. Ce chantier s’inscrit dans la politique de la Metro concernant le plan Air-Energie-Climat ainsi que dans sa stratégie de maîtrise des consommations d’énergies. « Depuis l’ouverture de la patinoire, les travaux d’améliorations successifs ont permis de dégager une économie de 400 000 € par an (deux tiers pour les gaz et -40 % pour l’électricité) », précise Christophe Ferrari, président de la Metro. En parallèle, les lumières, utilisées pour le jeu scénique et endommagées par les infiltrations d’eaux, ont été remplacées par des Leds.

Un meilleur accueil du public et des professionnels

Mais les travaux engagés par la Metro ne s’arrêtent pas là ! 40 000 € ont été consacrés à la rénovation intégrale des sols du deuxième niveau, celui des 400 loges incluses. Une résine mate, parfois brillante selon la nature des lieux a été utilisée pour une meilleure tenue dans le temps et son esthétisme. Le hall d’accueil a été revu. La billetterie plus ergonomique et conviviale, bénéficie d’une plus grande visibilité offrant un meilleur accueil du public tout en sécurisant les flux. Au total, la Metro aura investi près de 520 000 € sur l’ensemble de ce chantier dont une grande partie sera prise en charge par leur assurance, le dossier étant toujours en cours d’instruction à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Laurent Marchandiau

La patinoire de Grenoble en chiffres

350 000 à 420 000 usagers par an ;
Coût de la rénovation : 430 000 € pour la toiture / 50 000 € pour le hall d’accueil / 40 000 € pour les sols ;
Contribution du club de hockey « Les Brûleurs de Loups » à la patinoire : environ 100 000 € / an ;
Contribution globale des clubs à la patinoire : entre 300 et 350 000 € / an ;
Coût de fonctionnement de la patinoire à la Metro : 1,5 M€ (budget maintenu depuis 12 ans) ;
Budget de fonctionnement (hors recettes) : entre 2,5 M€ et 2,6 M€ ;
Recettes annuelles : entre 800 000 € et 1 M€ par an ;
Économie générée par les travaux successifs : - 400 000 € par an.

L.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide