Fermer la publicité

Un lycéen récompensé par la Légion d’honneur

Loire le 24 avril 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Roannais - article lu 639 fois

Un lycéen récompensé par la Légion d’honneur
(D.R.)

« C’est impressionnant, ça me donne confiance.

Je me sens gratifié. » Sourire aux lèvres, mais discret, réservé, Salim Djaid, 17 ans, en seconde au lycée Jean Puy, a reçu une enveloppe du Comité de la Légion d’honneur de Roanne, couronnant son travail et  son bon comportement. « Le Comité est heureux d’offrir une récompense à un élève particulièrement studieux. » Ainsi s’est exprimée, au nom du Comité de la Légion d’honneur, Solange Scholl, en présence d’Andrée Szerdahely, André Bastiani, des professeurs du jeune récipiendaire, de Mme Camerlenghi, proviseur, Sylvie Pavero, professeur de Lettres modernes, Karine Gouillon, professeur d’histoire et géographie, Marie-Françoise Chatre, documentaliste.
Excusant le président Brunet, S. Scholl poursuivait : « Nous avons lu avec attention vos résultats scolaires, vos professeurs vous considèrent comme un élève persévérant toujours en réels progrès. C’est grâce aux bénéfices réalisés lors du concert donné par la Chorale Cantiléna de Vougy dans la chapelle Saint Michel en avril 2013 que nous pouvons distribuer cette année trois bourses aux élèves de différents lycées de Roanne. Ce qui nous a permis aussi de donner une matinée récréative pour Noël aux pensionnaires d’une maison de retraite».
Elle rappela que la Chorale Cantiléna se produirait le 24 mai dans les jardins du Musée à l’occasion  du bicentenaire de la remise de la Légion d’honneur par Napoléon à la ville de Roanne. « Cette distinction récompensant sa résistance devant les Autrichiens ayant l’intention de la piller. Le maire, M. Populle, avait alors défendu courageusement sa ville en 1814. »
Page d’histoire intéressant le jeune Salim passionné par l’histoire. Le jeune homme qui s’investit volontiers dans l’établissement  a ajouté : « Je souhaiterais être professeur d’histoire et de géographie pour transmettre. » Il se réjouissait de rencontrer Antoine Prost, spécialiste de la Première guerre mondiale.

Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide