Fermer la publicité

Un dispositif innovant de formation pour les soignants du CHU de Saint-Etienne

Loire le 02 décembre 2015 - Marine Graille - Sciences, Santé, Environnement - article lu 646 fois

Un dispositif innovant de formation pour les soignants du CHU de Saint-Etienne
CHU Saint-Etienne - Les séances de la chambre des erreurs débuteront dès janvier

Encore peu développé dans les établissements de santé, le dispositif de formation « chambre des erreurs » vient d'être inauguré au CHU de Saint-Etienne.

Sensibiliser et mobiliser les professionnels de santé sur la sécurité des soins. Voilà l’objectif que s’est fixé le CHU de Saint-Etienne en mettant en place le dispositif de la « chambre des erreurs ».

Concrètement, une chambre de patient ainsi qu’une salle de soins sont recrées et dans lesquelles on y intègre 10 écarts aux bonnes pratiques de soins ou de risques. « On part d’une histoire clinique qui est retracée au moyen d’une fiche. L’équipe, composée de 12 soignants (infirmier, sage-femme, aide-soignant, étudiant… ), se rend auprès du patient-mannequin, et doit retrouver les anomalies qui sont glissées que ce soit sur la gestion des déchets, la confidentialité ou encore l’hygiène », résume Dr Pascale Oriol, responsable de l’unité hémovigilance. L’équipe en charge de la chambre des erreurs s’est appuyée sur des cas signalés au CHU lors d’audits. Chaque groupe reste 10 min dans la chambre puis 10 min dans la salle soins. S’ensuit un débriefing des résultats ainsi qu’un rappel des bonnes pratiques grâce à un diaporama. « Si la chambre des erreurs peut rentrer en ligne de compte dans la formation des infirmiers et des sages-femmes, elle ne l’est pas pour les étudiants. Il n’y a pas de note attribuée, le but de ce dispositif c’est davantage l’apprentissage des bonnes pratiques », tient à souligner Dr Oriol.

L’idée de mettre en place ce dispositif est venue à la suite d’une vidéo qu’a réalisé le service d’identitovigilance. « Nous avons tourné un film en 2014 en répertoriant toutes les erreurs que l’on peut trouver au sein d’un établissement de santé. Nous l’avons ensuite diffusé lors de formations mais aussi de congrès. La vidéo a ensuite reçu un prix de la part de l’ARS et du Ceppral mais aussi le prix national de l’assureur Sham sur la gestion des risques hospitaliers. » Grâce à ces distinctions, le CHU stéphanois a obtenu des aides financières qui lui ont permis d’investir dans un premier temps dans la création d’une chambre des erreurs. Un second projet de serious game est également en réflexion mais sa conception se révèle plus coûteuse et plus longue.

Très peu d’établissements de santé ont opté pour la chambre des erreurs, certains l’ont mis en place mais dans le cadre d’actions ponctuelles. Le CHU de Saint-Etienne souhaite que ce dispositif reste pérenne en proposant des séances pendant une semaine chaque mois dès janvier prochain.

Marine Graille

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide