Fermer la publicité

Capi : un contrat de ville taille agglo

Isère le 04 septembre 2015 - Jacques SAVOYE - Collectivités locales - article lu 467 fois

Capi : un contrat de ville taille agglo
Archives - A Bourgoin-Jallieu, le quartier de Champaret entre dans le Contrat de ville.

A Bourgoin-Jallieu, L'Isle-d'Abeau et Villefontaine, le contrat de ville 2015 - 2020 sera officiellement lancé le 1er octobre. Porté par la Capi, il se décline désormais à l'échelon de l'agglomération.

L'emploi et l'économie, l'habitat et le cadre de vie, la cohésion sociale et le vivre ensemble constitueront les axes essentiels du Contrat de ville 2015 - 2020. Issu de la loi du 21 février 2014, il définit « une politique de cohésion urbaine et de solidarité envers les quartiers défavorisés et leurs habitants ». Sur le territoire du Nord-Isère, la politique de la ville a été mise en place en novembre 2000. Depuis 2009, c'est la communauté d'agglomération Porte-de-l'Isère qui porte la démarche globale. C'est le cas pour le nouveau contrat de ville 2015-2020 qui sera officiellement lancé le jeudi 1er octobre.

Ce contrat de ville taille Agglo permettra de concentrer les efforts et les énergies sur les cinq quartiers les plus fragiles. Ainsi, à Bourgoin-Jallieu, il s'agira de Champfleuri et de Champaret, ce dernier (où le devenir de l'agence postale est toujours en suspens) intégrant pour la première fois le dispositif. Le Triforium à L'Isle-d'Abeau, Les Roches et Saint-Bonnet à Villefontaine sont aussi concernés.  Ici et là, un diagnostic établi dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale a permis de définir les axes d'intervention pour chacun de ces quartiers.

Si la poursuite de la rénovation urbaine et la réhabilitation thermique des logements sont du nombre des actions à prévoir ou à terminer, l'accès à l'emploi n'est pas éludé. Il sera conduit de concert avec la formation aux métiers et à la qualification. Pour sa part, la cohésion sociale sera visée à travers la réussite éducative, le soutien aux familles (dont les familles mono-parentales) la culture, le sport et la santé « facteur de bien être », précise-t-on. Enfin, la lutte contre toutes les formes d'assignations, les stéréotypes, les discriminations, l'égalité femmes-hommes et le respect de la laïcité devrait garantir, selon le législateur, « le vivre ensemble et la tranquillité pour tous ».

Si les conseils municipaux des communes visées par ce contrat de ville l'ont d'ores et déjà approuvé, pour leur part, les élus de Bourgoin-Jallieu ont souhaité que le monde associatif, particulièrement actif en Berjallie, y soit impliqué. Ce qui serait un « plus » pour sa réussite.

J.S.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide