Fermer la publicité

Tunnel du Chambon : conséquences en cascade

Isère le 29 juin 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 286 fois

Tunnel du Chambon : conséquences en cascade

Le 10 avril un glissement de terrain entraînait la fermeture de la principale voie reliant l'Isère et les Hautes-Alpes, compliquant sérieusement le quotidien des usagers. Une situation qui ne va pas en s'améliorant puisque 25 000 t de roche avancent encore de 10 cm/jour.

Face à la crise, le président du conseil départemental Jean-Pierre Barbier a annoncé le vote d’une enveloppe de 5 M€ pour les travaux de réalisation d’un itinéraire bis. Un chantier qui devrait durer 4 mois, pour une route praticable en novembre prochain. Quant au tunnel qui doit rester le passage principal, 1,4 M€ ont été votés pour sa remise en état. Ajoutez à cela les deux enveloppes de 100 000 €, chacune accordées pour l’aide aux entreprises iséroises pénalisées par la coupure de la RD 1 091, et pour le soutien du tourisme en Oisans, on n’a pas lésiné sur les moyens pour trouver des solutions.

Mais pour les usagers, le quotidien est impacté. Si la question des transports scolaires a été réglée par le calendrier jusqu’en septembre, les entreprises s’apprêtent à affronter le pire. Selon la CCI de Grenoble, les conséquences seront moins importantes en Isère que dans les Hautes-Alpes. Les entreprises impactées sont surtout des TPE liées au tourisme (hôtellerie-restauration). Avec le début des vacances d’été, les préjudices vont se montrer plus importants. Grâce à l’enveloppe attribuée par le conseil départemental, Isère Tourisme devra organiser la communication et des actions commerciales avec un message clair : « les stations iséroises restent très accessibles ». Malgré tout, on craint un impact néfaste et une saison blanche. Pour l’heure seules les entreprises qui étaient déjà en difficulté sont vraiment mises à mal, mais les autres, qui comptaient beaucoup sur le tourisme estival, pourraient suivre. 

Le fond de première urgence de 100 000 € ne devrait pas fonctionner comme un fond d’indemnisation classique puisque l’impact est difficile à évaluer. Des participations de la Région ou de l’Etat pourraient venir renforcer ce fond, dont les modalités de fonctionnement sont fixées cette semaine par les chambres consulaires qui en ont la gestion. Par ailleurs, le ministère des Finances a d’ores et déjà accordé un report de charges, jusqu’à la fin des travaux. Des prêts à taux réduits seront proposées pour oxygéner les trésoreries qui en auraient besoin, et l’aide des experts comptables sollicitées pour l’élaboration des dossiers.

La fermeture du tunnel a aussi des conséquences sur le Tour de France, qui  voit l’étape du 25 juillet déviée (Modane-Alpe d’Huez). Le peloton de la Grande Boucle empruntera finalement le col de la croix-de-fer.

Caroline Thermoz-Liaudy

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide