Fermer la publicité

Tronics : des résultats au beau fixe pour 2014

Isère le 11 mai 2015 - Laurent Marchandiau - Tech et Médias - article lu 131 fois

Tronics : des résultats au beau fixe pour 2014
DR - Stéphane Renard, fondateur et directeur général de Tronics Microsystems.

Quelques mois après son introduction en Bourse, le concepteur et fabricant isérois de nano et microsystèmes innovants, Tronics, confirme sa bonne santé avec un chiffre d'affaires consolidé pour 2014 en hausse de 14 %.

Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas pour Tronisc, le concepteur et fabricant de nano et microsystèmes innovants. Après avoir enregistré une perte de 684 000 € en 2013, la PME située à Crolles passe à nouveau dans le vert avec un bénéfice net part du groupe ressortant à 140 000 € l’an dernier. Son chiffre d’affaires est également en hausse de 14 % par rapport à 2013 s’établissant à 11,6 M€ pour 2014. 59 % de  son chiffre d’affaires est lié à son secteur ingénierie s’élevant à 6,9 M€, en augmentation de 47 %  par rapport à 2013. Une forte hausse qui devrait se confirmer nettement d’ici un à deux ans dès la sortie de ses nouveaux produits aujourd’hui en phase de développement. 

Ses bons résultats s'expliquent  en partie par le gain de 13 nouveaux clients dans trois secteurs ciblés par l’entreprise (industrie, aéronautique et médical) permettant ainsi de diversifier son portefeuille clients (plus de 50 clients actifs.) Depuis 2013, Tronics a mis en place une stratégie de croissance visant à « capitaliser sur son portefeuille technologique et son positionnement unique sur l'ensemble de la chaîne de valeur. »

Celui-ci repose tant sur l’accélération du déploiement commercial sur des zones à forts potentiels que sur l’élargissement de la gamme de ses produits tout en passant par le renforcement des équipes d’ingénierie et de production ainsi qu’une stratégie de croissance externe. S’appuyant sur 25 familles de brevets déposés au cours de ses 15 années de R&D (soit plus de 15 M€ d’investi dans la R&D), Tronics dispose d’une bibliothèque de briques technologiques réutilisables et de plateformes standardisées lui permettant d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne de valeur des nano et microsystèmes, de l’ingénierie au manufacturing.
Par ailleurs, grâce à son accord conclu avec le CEA-Leti, la PME dispose de l’accès à la technologie de rupture M&NEMS (Micro & Nano Electro Mechanical Systems) octroyant la possibilité d’intégrer sur une même puce tous les axes de mesures (accéléromètre, gyromètres, magnétomètres, capteur de pression et à terme microphone.) Comptant 88 salariés, dont 55 ingénieurs et scientifiques, la PME vise les 40 M€ de chiffre d’affaires d’ici 2018.

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide