Fermer la publicité

Trois lieux d'écoute dans le Roannais pour jeunes en difficulté

Loire le 16 avril 2015 - Béatrice Bonnamour - Sciences, Santé, Environnement - article lu 841 fois

Trois lieux d'écoute dans le Roannais pour jeunes en difficulté

Les enfants avec troubles du comportement pourront être reçus au Samead de Saint Germain Laval. Karyn Lecomte, référente de l'ARS (Réseau de Santé), l'a inauguré avec M. Bernat, président de la communauté de communes, et les professionnels de santé.

Pour les jeunes ayant des problèmes de comportement, à Saint-Symphorien-de-Lay, un accueil médical spécialisé avait été créé. Devant le nombre d'enfants atteints par cette pathologie deux autres ont été ouverts à Saint-Germain-Laval et Saint-Just-en-Chevalet. « Le Service d’aide multiprofessionnelle pour enfants et adolescents en difficultés », Samead, est né grâce au Dr Moschetti et des médecins libéraux du Pôle Santé de Saint-Symphorien-de-Lay, dont le Dr Muzelle.

Après 4 ans de fonctionnement sur  la Copler, il s’étend aux territoires des Vals d’Aix et d’Isable et du Pays d’Urfé. Développé grâce  au CHR et soutien de l’ARS, il s’adresse aux enfants de 4 à 17 ans du rural  présentant des troubles psycho-affectifs, du comportement, des apprentissages. « 5 % de ces enfants nécessitent des soins spécialisés, les besoins grandissent, les institutions hospitalières, du privé et associatives sont saturées et demandent des délais trop longs », explique le Dr Moschetti. L’offre de soins libérale régresse, sans compter l’éloignement, les difficultés de transport. Le Samead est là pour évaluer, prendre en charge rapide certains troubles,  évitant des aggravations pathologiques. Les soins sont délivrés par des psychologues et psychomotriciens libéraux sous l’autorité de pédopsychiatres hospitaliers apportant leur expertise lors de réunions de synthèse. Médecins traitants, de santé scolaire, de PMI, ou pédiatres permettent l’admission.

Les fonds de l’ARS Rhône-Alpes  prennent en charge les interventions. Les consultations d’orthophonie sont remboursées par les caisses d’assurance maladie. Des soins de psychomotricité assurés à Saint-Symphorien-de-Lay et à Saint-Germain-Laval, le seront aussi à Saint-Just-en-Chevalet. Le Samead, qui propose des formations, repérant les difficultés de l’enfant, aide ainsi les  parents. « Il vaudrait mieux créer d’autres îlots de soins, plutôt que  d’étendre les territoires Samead », a conseillé Mme Leconte.

B. P. B



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide