Fermer la publicité

SNCF Réseau refait la voie ferrée entre Roanne et Saint-Etienne

Loire le 15 juillet 2015 - Louis Thubert - Actualités - article lu 351 fois

SNCF Réseau refait la voie ferrée entre Roanne et Saint-Etienne
Louis Thubert - 400 personnes travaillent sur la ligne, répartis sur différents endroits.

Mis en service dans les années 1970, les rails de la ligne de chemin de fer Saint-Etienne/Le Coteau. D'énormes machines sont mobilisés, et les coûts sont importants : 72,5 M€ pour 64 km. Une fois le chantier fini, le chemin de fer durera 40 ans.

Une gigantesque machine jaune passe, lentement, sur la ligne de chemin de fer Saint-Etienne/Le Coteau. Traverses et rails sont enlevés et remplacés, et un autre véhicule passera, peu après, pour tasser le balast.

En casque et combinaison orange, une cinquantaine d'ouvriers français et italiens s'activent sur le chantier. Du 6 juin au 11 septembre, SNCF réseau renouvelle la voie ferré sur cet axe, mobilisant 400 personnes sur place, sans oublier une centaine de personnes dans les « gares d'attaches » des trains-usines. Sur cette partie des travaux réalisés, c'est pas moins de 125 000 m de rails, 110 000 t de ballast et 102 000 traverses qui sont acheminées jusqu'au chantier.

Plus d'1 M€le kilomètre

« L'objectif est de redonner de la pérennité aux infrastructures », explique Jean-François Borella, ingénieur chez SNCF Réseau. Les chemins de fer ont généralement une durée de vie de 40 ans, la voie devant être changée après. Les portions concernées sur la ligne Saint-Etienne/ Le Coteau datent des années 1970. Le coût de ce renouvellement est important : plus de 1 M€ par kilomètre. Les 64 km dans le département coûtent 72,5 millions, à mettre en perspective avec les 14 milliards déboursés par SNCF Réseau sur la période 2008-2013. Les travaux dans la Loire sont réalisés par Transalp, société franco-italienne spécialisé sur ce type de chantier - d'où la présence d'ouvriers italiens sur le site.

Et les TER Roanne-Saint-Etienne, qui utilisent la ligne, à raison de 17 aller-retours quotidiens en semaine - sans compter le fret ? Leur passage est tout simplement stoppé entre 8 h 30 et 17 h 30, soit après l'heure de pointe du matin et avant celle du soir. Sur cette plage horaire, ils sont remplacés par des autocars.

Les trains empruntant la voie avant les travaux voient leur vitesse limité à 60 km/ h au maximum, 40 dans les courbes. A cause des travaux et de la chaleur, trop de contraintes risqueraient de faire casser les rails. A partir de septembre, ils pourront recommencer à rouler normalement. Pour quatre décennies au moins, si tout va bien.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide