Fermer la publicité

Travaux publics - Construction : quels critères pour les marchés publics ligériens ?

Loire le 30 octobre 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 426 fois

Travaux publics - Construction : quels critères pour les marchés publics ligériens ?
Le prix est le critère numéro 1 dans 80 % des appels d'offres publics de la Loire (© Emilie Massard)

Maîtres d’ouvrages, services de l’Etat, représentants des entreprises du BTP, de la maîtrise d’œuvre ou encore  bailleurs sociaux se rencontrent régulièrement à l’invitation de la Direction départementale des territoires et de la Fédération du BTP de la Loire pour échanger et améliorer leurs collaborations.

La dernière rencontre a permis de faire un point sur les perspectives économiques du BTP, mais aussi de s’intéresser plus particulièrement aux marchés publics, grâce aux résultats de l’Observatoire de la commande publique réalisé par la Cellule économique Rhône-Alpes (Cera).
Grâce à cette étude annuelle, les différents acteurs ont pu en apprendre plus sur les modalités et les critères pratiqués dans les marchés publics du département. Et le premier point à souligner, c’est que le prix est le critère numéro un dans 80 % des appels d’offres publics de la Loire. Dans la Loire comme en Rhône-Alpes, on trouve parmi les réponses à ces appels d’offre une offre potentiellement anormalement basse dans 15 % des cas. Et c’est une offre potentiellement anormalement basse qui est retenue dans 70 % des cas dans notre département, et dans 60 % des cas dans la région. Des chiffres qui alertent les professionnels, dont Thierry Vidonne, président de la fédération du BTP de la Loire : « on le sait, les maîtres d’ouvrages manquent de ressources, ils sont donc intéressés par les prix bas. Mais en favorisant les prix bas, on favorise le travail illégal et la sous-traitance, et on augmente le risque de mettre en difficulté une entreprise, qui si elle se retrouve en redressement judiciaire ne va faire que bloquer le chantier. Il faut travailler sur les frais de fonctionnement, et ne pas taper systématiquement sur les entreprises pour faire des économies. Certains donneurs d’ordre choisissent les offres les plus basses par peur des recours, mais le code des marchés publics oblige à choisir la mieux-disante, et non pas la moins-disante », rappelle-t-il.

10 % des appels d’offres infructueux

10 % des appels d’offres sont d’ailleurs infructueux dans la Loire, dont plus de la moitié à cause du prix. Pour enrayer cette mécanique infernale, la fédération du BTP a fait plusieurs propositions, visant à travailler sur la préconisation de critères pour favoriser des entreprises locales établies, sérieuses. « Evidemment il faut faire la part des choses, il y a des maîtres d’ouvrages responsables et d’autres moins, comme des entreprises », ajoute Thierry Vidonne. « Mais c’est en travaillant ensemble que l’on arrivera à faire évoluer les pratiques pour mieux se comprendre et favoriser les intérêts communs. Je salue d’ailleurs l’implication et le travail de tous les acteurs présents lors de ces réunions, qui se fait en toute transparence. »

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide