Fermer la publicité

Transports - Les usagers du train sont-ils en sécurité ?

Loire le 26 août 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 697 fois

Transports - Les usagers du train sont-ils en sécurité ?
Pas de trêve estivale pour les usagers des lignes de la SNCF, et en particulier ceux de la ligne Lyon St-Etienne, qui montent une nouvelle fois au créneau pour demander un audit sur l'état du matériel roulant et des infrastructures.

TEXTE : Certains incidents survenus ces derniers mois en France ont soulevé des questions sur d’éventuels failles du réseau ferroviaire français.

L’accident de Brétigny-sur-Orge, le train Pau/Bayonne plus récemment, ils n’ont pas tous eu les mêmes conséquences, mais ils ont amené les usagers à se poser des questions sur leur sécurité. Et notamment les usagers rhônalpins qui empruntent très nombreux chaque jour la ligne TER Lyon St-Etienne. « On sait que le nœud ferroviaire lyonnais est saturé, à partir de là on est en droit de se poser des questions sur l’état du matériel et les infrastructures », estime Mathieu Gouttefangeas, porte-parole de l’association de Défense des Usagers de la ligne Lyon St-Etienne (ADULST). « Il y a 15 jours il y a eu un incident sur un aiguillage à Part-Dieu qui a entraîné des travaux, hier on nous annonce des retards dus au matériel roulant. Il n’est pas question d’agiter un chiffon rouge, mais je pense que ce sont des questions légitimes. » Plus que chercher la faille à tout prix, les usagers réclament surtout plus de communication et de transparence de la part de la SNCF et de RFF. « Il suffirait que la SNCF nous donne quelques garanties pour que le processus de retour vers la confiance soit entamé », ajoute le porte-parole. Une pétition a été lancée au niveau national, et sur le plan local l’association s’apprête à envoyer un courrier à la SNCF afin de réclamer un audit. Du côté de la SNCF, on estime déjà communiquer en toute transparence. « Ca ne suffit pas », dénonce Mathieu Gouttefangeas. « Plus de détails sur les travaux, expliquer pourquoi ils ne peuvent pas rajouter de rames quand le train est surchargé, ou bien la raison de la diminution du nombre de trains dans certaines zones lorsque la sécurité des usagers est en jeu, voilà un discours qui nous semblerait raisonnable. On sait que les équipes de maintenance sont compétentes, qu’il existe une organisation rigoureuse, dans ce cas pourquoi ne pas communiquer plus ? » Dans leur courrier, les usagers de la ligne ne comptent pas oublier les autres griefs qu’ils ont contre la SNCF, et notamment les retards et suppressions réguliers de trains, l’éventualité d’une prochaine hausse des tarifs mais aussi le remboursement des usagers suite à la grève du mois de juin, dont tous n’ont pas pu bénéficier s’ils étaient en vacances en juillet.


Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide